Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Une filière de pêche durable pour préserver la biodiversité au Sénégal

Objectif n°14 : Océans, mers et ressources marines

Le projet en détail

Accompagnement technique de la Commune Rurale de Djirnda au Sénégal, pour la mise en œuvre expérimentale d’une filière durable de pêche artisanale

Objectif n°14 : Océans, mers et ressources marines

Ce projet de pêche artisanale responsable au Sénégal répond à l’objectif de développement durable n°14 (ODD14) « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ».

Les ODD sont divisés en plusieurs thématiques, et sous-classés sous formes de cibles (1691 au total). Ils définissent les objectifs à atteindre pour les États membres à horizon 2030.

L’importance des mers et des océans, et leur interdépendance avec les questions de développement a ainsi conduit à créer un Objectif de développement durable (ODD) spécifique à ces écosystèmes : l’ODD n°14

Cet objectif mis en place dans le cadre des 17 Objectifs pour le Développement Durable adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015, prévoit ainsi dans ces cibles « d’ici à 2030 de faire bénéficier plus largement les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés des retombées économiques de l’exploitation durable des ressources marines, notamment grâce à une gestion durable des pêches, de l’aquaculture et du tourisme » (ODD 14.7).

Contexte du projet de pêche durable au Sénégal :

La pêche artisanale au Sénégal, joue un rôle social et économique de premier plan. Pourtant, les pêcheries artisanales sénégalaises, situées sur l’une des zones de pêche les plus importantes du monde, subissent actuellement les effets de l’appauvrissement des mers et océans, résultant notamment de la surpêche. Celle-ci est due à la forte demande nationale et étrangère en poisson.

Les ressources halieutiques et la biodiversité marine sont mises en danger par d’autres facteurs, comme la destruction des habitats marins et côtiers, la pollution, l’urbanisation et le changement climatique qui constituent une menace constante.

Dans la commune de Djirnda (11 villages insulaires d’une population de 17116 habitants en 2009), la pêche constitue la première source d’emplois et de revenus pour les jeunes et les femmes.

Cependant, malgré l’importante potentialité en ressources halieutiques, l’activité de pêche est, toujours, à l’étape artisanale. Elle est confrontée à de multiples défis parmi lesquels :

  • L'absence d’une réglementation locale appropriée par les acteurs locaux,

  • La faible capacité technique, organisationnelle et financière des pêcheurs et transformatrices,

  • L’emploi de techniques de pêches non durables,

  • Le non-respect des périodes de repos biologique,

  • La coupe abusive de la mangrove,

  • La pêche et la cueillette désorganisées et précoces des produits halieutiques,

  • L'absence d’une stratégie de cogestion efficace et rentable des espaces naturels.

Un effort concerté est donc nécessaire pour faire en sorte que les meilleures pratiques deviennent des pratiques courantes dans la région. La prise en compte de diverses contraintes, tant biologiques, socio-économiques qu’institutionnelles, se doit de figurer dans la création et le déploiement d’un projet de pêcherie durable en région humide.

C’est dans ce contexte qu’un projet portant sur l’«Accompagnement technique pour la mise en œuvre expérimentale d’une filière durable de pêche artisanale » a été initié avec l’appui de l’IFDD en partenariat avec Enda et la fondation MAVA dans le cadre du projet "Maîtrise des outils de gestion de l'environnement pour le développement".

Objectifs du projet

Le projet vise à mettre en œuvre une filière durable de pêche artisanale au Sénégal dans les îles Saloum et répond à de nombreux objectifs croisés :

  • garantir la pérennité des stocks de poissons pour les générations futures,

  • participer à la sécurité alimentaire de la région,

  • assurer des emplois décents et des revenus durables dans le secteur de la pêche artisanale,

  • prendre en compte la durabilité de toute la chaîne de valeur locale des produits de la pêche artisanale.

Résultats attendus

Plusieurs résultats sont attendus, tant sur les aspects environnementaux, socio-économiques que patrimoniaux et culturels :

  • Trois outils efficaces pour réguler la pêche artisanale (institutionnel, numérique, économique) sont conçus et mis en application pour une exploitation durable des ressources halieutiques ;

  • Au moins trois formations structurantes sont organisées en faveur d’une trentaine de leaders locaux et les cadres de bonne gouvernance sont renforcées pour assurer la régularité de leur fonctionnement ;

  • Au moins trois activités concrètes (de terrain) portant sur la conservation des mangroves, la transformation et la commercialisation des produits de la pêche durable sont réalisées et capitalisées ;

  • Trois types d’outils de sensibilisation (programmes radios, causeries et webreportages) à une meilleure gestion des océans et de leurs ressources sont produits ;

  • Trois documents de projets pour soutenir la diversification de l’économie locale et la mise en échelle du projet de pêche durable sont rédigés et soumis aux partenaires potentiels ;

  • Les activités réalisées par les femmes ne sont plus ignorées, les femmes font entendre leur voix auprès des instances de décision;

  • La population, et particulièrement les femmes, retire de meilleurs bénéfices de la transformation des produits de la pêche artisanale en matière de création d’emploi et d’augmentation des revenus;

  • Les populations sont sensibilisées à la nécessaire préservation et valorisation durable des habitats marins.

Axes et feuille de route du projet

Pour tendre à ces résultats, le projet s’est décliné selon onze (11) actions. Ces différentes actions destinées à soutenir la filière pêche artisanale ont été menées durant une période de deux (2) ans :

  • Réalisation d’une étude diagnostique de référence de la pêche artisanale dans la Commune de Djirnda. Cette étude diagnostique avait pour objectif de créer un cadre de référence au projet, d’en cerner les acteurs ainsi que de donner un aperçu des problématiques rencontrées par ces derniers ;

  • Reboisement de 25 hectares de mangroves en Rhizophora dans les deux villages de Diamniadio et de Baouth ;

  • Opération d’ensemencement de mollusques sur une superficie de 15 hectares dans 3 sites de reproduction afin de développer la reproduction des arches à proximité des villages pour éviter que les populations s’éloignent avec des risques de noyade pour les femmes ;

  • Installation d’un corridor de 200 récifs artificiels pour la reconstruction des habitats des petits pélagiques dans le site de Baradia ;

  • Intégration des aspects de durabilité de la pêche artisanale dans le Plan de Développement Communal (PDC) de Djirnda ;

  • Réalisation d’une application numérique pour le suivi et la gestion des ressources halieutiques et marines dans l’AMP de Gandoul ;

  • Élaboration d’une réglementation des sites vulnérables dans le cadre d’un arrêté portant Règlement Intérieur de l’Aire Marine Protégée du Gandoul ;

  • Organisation de sessions de renforcement des capacités des acteurs en gestion des sites de reproduction des petits pélagiques et des pélagiques, services techniques (AMP, Pêche, eaux et forêts, ARD) ; Formation des services techniques ;

  • Organisation d’une émission radio sur le règlement intérieur de l'AMP en mai 2020 pour renforcer la sensibilisation et le plaidoyer sur la durabilité de la pêche artisanale ;

  • Soutenir la recherche-développement (R&D) autour de la pêche artisanale durable ;

  • Aide à la commercialisation des produits de pêche durable.

Bilan succinct du projet

Les grandes mesures déployées pour mettre en place cette filière de pêche artisanale durable à Djirnda au Sénégal, ont à voir avec l'environnement et le rôle des acteurs locaux de l'autre.

Les principales actions mises en place durant ses deux années d’existence, ont permis, entre autres :

  • Un appui concret au reboisement des mangroves avec 21 hectares restaurés et l’installation de 200 récifs artificiels;

  • Un appui à la transformation et à la commercialisation des produits de la pêche durable par l’ensemencement de 15 hectares de vasières en arches, la promotion d’outils de cuisson propres via une boutique énergie et l’introduction de la modernisation des pratiques de vente;

  • Un appui à la formation et à l’autonomisation des acteurs de la pêche durable, et notamment les femmes transformatrices de Djirnda, à travers les échanges et formations ciblées ;

  • Une amélioration des outils législatifs et de gouvernance afin d’encadrer et pérenniser les pratiques durables de pêche.

En accord avec les cibles de l’Objectif de Développement Durable no14, l’expérience d’accompagnement technique de la Commune Rurale de Djirnda dans les îles du Saloum au Sénégal, prouve qu’il est possible de trouver des leviers d’action sur la dégradation des écosystèmes et des conditions de vies des populations locales en appuyant la mise œuvre d’une filière locale de pêche durable.

Outils de capitalisation du projet

Le projet « d’accompagnement technique de la Commune Rurale de Djirnda au Sénégal, pour la mise en œuvre expérimentale d’une filière durable de pêche artisanale » a donné lieu à la réalisation de nombreux outils de capitalisation des expériences :

Le projet a été financé par la Fondation Mava dans le cadre du Projet "Maîtrise des outils de gestion de l'environnement pour le développement". Le webreportage de capitalisation de ce projet est accessible ici:

 

À l'origine du projet

Enda "Energie, Environnement & Développement"

54, rue Carnot

B.P: 3370 Dakar-Sénégal

Contact: secousarr@endatiersmonde.org ou info@endaenergie.org

Site internet: http://endaenergie.org

Financement terminé

Le projet a été complètement financé avec succès !

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Vos contributions

Idrissa Mbodji (Etudiant), le Oct. 24, 2020, 11:42 a.m.

Étant un ingénieur des travaux des eaux et forêts et titulaire d'un master2 en production halieutiques et gestion des écosystèmes aquatiques,j'apprécie bien cette initiative dans un secteur le plus propice de mes attentes

Fode Timera (Étudiant en même temps adjoint secrétaire général de l'association pour le Développement de la Commune de Ballou), le July 21, 2020, 2:33 a.m.

En tant qu'étudiant au département de Géographie à l’Université à l'université cheikh Anta Diop de Dakar j'aimerais partager le peu expérience que j'ai dans le domaine de l'environnement pour participer à la protection de notre environnement. J'ai toujours aimé les questions environnementaux par ce qu'elle est la source de la vie.

Prospère Tamba BOP, le July 20, 2020, 6:28 p.m.

Je suis originaire d'une commune partageant l'AMP Gandoul avec Djirda et j'avoue être impressionné par ce travail.
J'aimerais aussi participer en tant que bénévole de la commune de Soum pour la conservation de l'air marine protégée.

Rabiou Moussa (Service environnement), le July 20, 2020, 3:01 p.m.

Une belle initiative en tout cas c est un projet à encourager

LANDO TIETCHEU CYRILLE RAMOND (APEGDE), le Feb. 26, 2020, 3:37 p.m.

impressionnant!
vraiment c'est à féliciter

Anicet Lossa (Association Coopérative des Pecheurs au Lac Albert), le Jan. 10, 2020, 2:52 p.m.

Un bon projet et comme notre organisation travaille également dans le secteur de la peche, je m'aimerais qu'on continue à échanger des temps à temps sur ce genre de projet

SAHIE OURAGA (Club Union Africaine Côte d'Ivoire), le Dec. 11, 2019, 10:30 a.m.

Bonjour à vous, j'espère que cette note vous trouve bien portant.
Et ma démarche est de participer, d'échanger nos expériences et bien évidemment appartenir à la communauté virtuelle.
Tout en vous en souhaitant bonne réception. Cordialement.

DJAWE BLAOWE PARFAIT (IRAD), le Aug. 14, 2019, 11:24 p.m.

Contribuer à produire le Tilapia du Nil en vue d’optimiser la disponibilité en poisson frais

macoumba ndao (étudiant), le July 16, 2019, 10:54 p.m.

ravi de faire parti de la communauté virtuelle

CORNEIL QUAND - MEME GNAMBA, le Oct. 7, 2018, 2:32 p.m.

Une très belle initiative. je voudrais cependant savoir s'il est possible de mettre en place un tel projet chez nous au SUD de la Côte d'Ivoire où la jeunesse n'obtenant rien de la pêche se livre à certains vices.
Cordialement

Informations

Pays : Sénégal
130000€ engagés sur 130000€
Commencé le 06/08/2018
3000 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°14 : Océans, mers et ressources marines

Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable. Des milieux aquatiques de notre Planète dépendent des équilibres qui la rendent habitables. La manière dont nous gérons cette ressource est donc essentielle.

Plus d'informations