Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Élévage des aulacodes comme alternative au braconnage des espèces animales sauvages dans le village Tobagne

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Le projet en détail

TOBAGNE est un village favorable au développement durable et à la promotion de l’élevage des aulacodes dans la zone de savane. Il est situé au Nord de YAOUNDE (à 145 km), à proximité des centres urbains de BOKITO (à 5 km) et de BAFIA (à 25 km), chef-lieu du département du MBAM INOUBOU. Les jeunes populations au chômage, pratiquent souvent le braconnage de mammifères sauvages pour gagner un peu d’argent ou se déversent dans les centres urbains proches, où assujettis à la pauvreté, sont tentés par l’oisiveté et la délinquance.

Le braconnage est une menace pour la faune des savanes et forêts équatoriales d'Afrique Centrale. Il constitue dorénavant un risque de disparition de certaines espèces animales depuis que la chasse a cessé d'être pratiquée sur des bases traditionnelles pour devenir une activité commerciale, lucrative comparée aux autres sources de revenus possibles en brousse. Dans ce mouvement, sont apparus de nouveaux chasseurs locaux ou provenant d'autres régions. Les règles qui régissaient la chasse traditionnelle ne sont plus respectées, pas plus que les législations définies ultérieurement. La demande urbaine croissante, émanant à la fois des petites villes en zone de brousse et des grosses métropoles, motive l'apparition de circuits d'approvisionnement provoquant l'accroissement des volumes consommés de viandes de brousse. Le braconnage qui sévit actuellement est ainsi induit par les processus d’une urbanisation importante. Ainsi les volumes des prélèvements de gibiers ne cessent de s’accroître, rompant un équilibre et amorçant le cycle dangereux de diminution des effectifs des populations naturelles. Des filières « viandes de brousse » se sont organisées et mettent en péril la faune fragile au plan locale.

Les concertations des populations organisées par le Comité de Développement de TOBAGNE (CODETO) montrent que les productions animales sont à la croisée de nouveaux enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Le développement durable est désormais une priorité pour préserver et améliorer la qualité de vie des populations du village de TOBAGNE. Pour satisfaire la demande des consommateurs locaux et des centres urbains voisins en « viandes de brousse », il a paru judicieux de promouvoir l’aulacodiculture pour préserver l’espèce sauvage endémique locale en voie de disparition et réduire considérablement la pression humaine sur les ressources fauniques – prélevées par braconnage par le biais des piégeages et usages de produits chimiques impropres à la consommation humaine, tout en contribuant à la préservation de la biodiversité. Cela d’autant plus que la viande d’aulacode est très prisée et constitue une viande de prestige. Sur les marchés locaux, son prix d’achat est de 2 à 4 fois supérieur à celui du bœuf, des petits ruminants ou du poulet.

L’ambition principale du projet pilote d’élevage d’aulacodes comme alternative au braconnage des espèces animales sauvages dans le village TOBAGNE présenté par le CODETO s’inscrit dans l'objectif de développement durable 15 – préserver et restaurer les écosystèmes terrestres locaux. Il permettra de sensibiliser les populations locales à exploiter les ressources naturelles de façon durable, à enrayer le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.

Le souci de satisfaire la demande des consommateurs en viandes de brousse tout en préservant l’espèce et réduire considérablement la pression humaine sur les ressources fauniques, contribuant ainsi à la préservation de la biodiversité, a poussé le CODETO à s’investir dans l’élevage des aulacodes.

Cet élevage présente de nombreux avantages en termes d’efficacité économique, sociale et environnementale tels que :

  • L’information et la sensibilisation des populations sur les problématiques du changement climatique, de la perte de la biodiversité et leurs effets au plan local notamment par le biais de leur présentation lors des séances de formations à destination des agriculteurs (qui sont déjà conduits par le CODETO) et des formations des éleveurs d’aulacodes, de la mise en place d’un espace dédié lors des deux marchés hebdomadaires, pendant les émissions de radio en langue vernaculaire et sur le site internet du CODETO pour le grand public ;
  • La promotion d’activités génératrices de revenus telles que l’élevage d’aulacodes, préparateurs d’aliments pour les bêtes, préparateurs d’engrais à base des déjections des aulacodes pour les cultures maraîchères pouvant enclencher un cycle financier récurrent et devant déboucher sur la fixation des jeunes dans le village ; il est à noter que les revenus de ces activités du fait de leur récurrence contribue à cette fixation mieux que les cultures de rente pratiquées dans la zone (exemple du cacao) ;
  • La lutte contre le braconnage d’espèces animales de moins en moins présente et donc menacées d’extinction dans la zone qu’induit la préservation de la savane et de la biodiversité par l’évitement de la pratique des feux de forêts pour la chasse et du piégeage avec usage de produits chimiques très souvent dangereux pour la santé des consommateurs de la viande de brousse.

Phases de mise en oeuvre

Ce projet conduit dans le village TOBAGNE aura donc pour mission la production, la diffusion et la commercialisation de l’aulacode. Il vise à satisfaire les besoins alimentaires des populations, mais aussi, à multiplier les reproducteurs qui seront mis à la disposition des éleveurs intéressés par le projet dans la commune de BOKITO voire dans le Département du MBAM INOUBOU. L’élevage se fera en cages ou en enclos dans le centre bien que la méthode en sol pourrait être conseillée aux petits paysans.

Sa mise en œuvre va se faire en plusieurs phases décomposées ainsi qu’il suit :

  • L’acquisition d’un terrain de 1 hectare  (le CODETO met à la disposition du projet, un terrain de 1 hectare) ;
  • L’acquisition progressive des familles d’aulacodes (3 familles par mois) ;
  • La formation de 2 producteurs/formateurs pour la ferme pilote ;
  • La formation de 5 éleveurs en moyenne par mois au centre soit 60 par an ;
  • La construction des infrastructures et équipements d’élevage ;
  • La conduite de l’élevage proprement dite des aulacodes :
  • Le logement des aulacodes (aulacoderie et aulacodères) ;
  • La livraison, la réception et l’installation des aulacodes reproducteurs) à la ferme pilote;
  • L’alimentation en eau, en fourrages verts et en compléments nutritifs ;
  • La reproduction ;
  • L’hygiène de l’exploitation (nettoyage, désinfection) ;
  • Le suivi sanitaire des animaux ;
  • Le suivi de l’élevage (tenue d’un cahier, fiche d’informations, maintenance des infrastructures) ;
  • La commercialisation des aulacodes (groupes de reproducteurs ou à la consommation)

Objectifs poursuivis

Objectif général :

Promouvoir l’élevage des aulacodes pour la satisfaction des besoins de consommation et de reproduction de l'espèce par les populations rurales, afin de leur assurer des revenus attractifs et des emplois tout en protégeant les habitats naturels de la faune.

Objectifs spécifiques :

  • Former 2 éleveurs-formateurs destinés au centre pilote ;
  • Former 5 producteurs-éleveurs d’aulacodes par mois pendant 3 ans, soit 180 personnes ;
  • Construire une aulocaderie appropriée et des aulacodères suffisantes ;
  • Acquérir des matériels et autres équipements d’élevage en nombre suffisant ;
  • Acquérir 15 familles de reproducteurs/géniteurs soit 75 aulacodes ;
  • Vendre 15 aulacodes à consommer par mois ;               
  • Vendre 3 familles de reproducteurs par mois ;
  • Diversifier les sources des revenus des ménages tout en détournant les braconniers vers une activité plus lucrative.

Activités à mener

Afin d’atteindre les objectifs fixés, les activités ci-après devront être menées :

  • Acquérir un terrain de 1 hectare ;
  • Former 2 formateurs-éleveurs ruraux au profit du centre pilote pendant 1 mois sur les techniques de production et de gestion d’un élevage d’aulacodes (80% pratiques et 20% théoriques) ;
  • Assurer la formation au moins de 60 futurs éleveurs par an ;
  • Elaborer un programme simple de sensibilisation au niveau de la communauté villageoise et ses environs sur les bienfaits du projet ;
  • Construire une aulacoderie appropriée (bâtiment d’élevage des aulacodes) ;
  • Fabriquer 15 enclos et 75 cages individuelles ;
  • Acheter le petit matériel nécessaire (pelle, râteau, machette, brouette, etc.) ;
  • Acquérir 15 groupes de reproducteurs soit 75 aulacodes dont 15 mâles et 60 femelles ;
  • Acheter des compléments alimentaires ;
  • Alimenter les aulacodes ;
  • Assurer la production et la reproduction des aulacodes ;
  • Acheter des produits vétérinaires en quantité et en qualité suffisantes ;
  • Assurer le suivi sanitaire des aulacodes et l’hygiène de l’aulacoderie ;
  • Elaborer un cahier et une fiche de suivi de l’élevage ;
  • Faire le suivi-évaluation du projet.

Le descriptif synoptique des objectifs général et spécifiques, les résultats attendus, les activités à mener et les indicateurs de réalisation, se présente dans le cadre logique qui suit :

OBJECTIF GLOBAL

Promouvoir l’élevage des aulacodes pour la satisfaction des besoins de consommation et de reproduction de l'espèce par les populations rurales, afin de leur assurer des revenus attractifs et des emplois tout en protégeant les habitats naturels de la faune.

Objectifs spécifiques Résultats attendus Activités Indicateurs de réalisation
Aquérir un terrain d'au moins 1 ha Au moins 1ha de terrain est acquis  Acquérir 1ha de terrain Facture authentique de l’achat ou acte de session écrit ou titre de propriété foncière au nom du CODETO existe
Former 2 éleveurs-formateurs destinés au centre pilote 2 futurs formateurs- producteurs du centre pilote sont formés et sont opérationnels Former 2 formateurs-éleveurs ruraux au profit du centre pilote pendant 1 mois sur les techniques de production et de gestion d’un élevage d’aulacodes (80% pratiques et 20% théoriques) Un procès-verbal de formation des 2 éleveurs/formateurs existe et est disponible 
Former au moins 5 producteurs/éleveurs d’aulacodes/mois pendant 3 ans Au moins 5 éleveurs sont formés par mois soit 60 par an et 180 en 3 ans Former au moins de 60 futurs éleveurs par an soit 180 en 3 ans Des procès-verbaux de formation et fiches de présence existent et attestent la formation des 60 éleveurs par an
Construire une aulocaderie et des aulacodères suffisantes 1 aulacoderie de 8m x 5m soit 40 m² est construite et est disponible Acheter les matériels (devis) et construire le bâtiment aux dimensions requises

- le devis des travaux existe et est disponible 

- le bâtiment existe 

- le procès-verbal de réception est disponible

Acquérir des matériels et autres équipements d’élevage en nombre suffisant

-15 enclos et 75 cages individuelles sont fabriquées et installées

-15 abreuvoirs et 15 mangeoires

- Les petits équipements sont acquis

- Acheter les matériels et équipements adéquats

- Fabriquer 15 enclos et 75 cages individuelles

- Fabriquer 15 abreuvoirs et 15 mangeoires.

- Acheter les pelles, machettes, brouettes, rateaux, etc..

- Les factures d’achat sont authentiques et disponibles

- Les bons de livraison des enclos et cages sont disponibles

Acquérir 15 Familles de reproducteurs/géniteurs soit 75 aulacodes 15 familles (75 aulacodes ) sont achetées, livrées et installées Acheter les 15 groupes de reproducteurs et les installer dans leur habitat

- La facture d’achat est disponible ;

- Les aulacodes sont installés dans les enclos appropriés.

Produire des aulacodes Au moins 800 aulacodes sont produites Assurer la production et la reproduction des aulacodes Les fiches de suivi de la production et de la reproduction sont bien remplies et sont disponibles
Vendre 15 aulacodes à consommer par mois Au moins15 aulacodes sont vendus par mois pour la consommation 

Au moins15 aulacodes sont vendus par mois

Les reçus de vente sont disponibles
Vendre 03 familles de reproducteurs par mois   03 familles de reproducteurs sont vendues par mois Au moins 3 familles sont vendues par mois Les reçus de vente sont disponibles
Sensibiliser les populations cibles sur les avantages de l’élevage des aulacodes Au moins 40 % de la population est sensibilisée et adopte Elaborer un programme de sensibilisation au niveau de la communauté villageoise et ses environs (surtout les femmes et les braconniers)  sur les bienfaits du projet ayant pour cibles principales les femmes et les braconniers Un programme de sensibilisation sur les bienfaits du projet existe et est opérationnel
Alimenter convenablement les aulacodes Les aulacodes sont convenablement alimentés

- Couper et approvisionner en fourrages verts

- Elaborer une fiche de suivi

La fiche de suivi est bien tenue et est disponible
= Des compléments alimentaires en quantités suffisantes sont achetés

- Acheter et rationner les compléments alimentaires

- Elaborer une fiche de suivi

- Factures d’achat disponibles ;

- Fiche de suivi bien tenue et disponible

Assurer un bon suivi sanitaire Les animaux sont suivis sur le plan vétérinaire

- Acheter les produits vétérinaires adéquats

- Elaborer une fiche de suivi

- Facture d’achat ;

- Fiiche de suivi bien tenue et disponible

Diversifier les sources des revenus des ménages tout en détournant les braconniers vers une activité plus lucrative Au moins 60 % des paysans adoptent l’élevage des aulacodes après 3 ans du démarrage du projet

- Organiser 2 réunions de sensibilisation par semestre et par village ;

- Concevoir un formulaire d’engagement sur l’honneur

- Procès-verbaux de réunions et fiches de présence

- Un engagement sur l’honneur écrit est établi entre les braconniers et le CODETO à se détourner de la chasse illégale est signé et est respecté
Suivre et évaluer efficacement le projet L’élevage est bien suivi de bout en bout

- Elaborer le cahier et la fiche de suivi

- Rédiger périodiquement les rapports (journalier, mensuel, trimestriel et annuel)

- Cahier et fiche de suivi bien tenus et sont disponibles ;

- Rapports rédigés et disponibles

Assurer l’hygiène de l’aulacoderie et de ses alentours Le bâtiment abritant les aulacodes et ses alentours sont propres et désinfectés

- Balayer et désinfecter l’intérieur du bâtiment

- Défricher les alentours

- Le bâtiment abritant les animaux est constamment propre et désinfecté

- Fiche de suivi à jour et disponible 

Bénéficiaires du projet

Le projet d’élevage des aulacodes dans le village TOBAGNE situé dans la Commune de BOKITO, bénéficiera à deux catégories de cibles : les populations du village (3 800 personnes) et ses environs (cibles directes soit plus de 61 440 personnes) et les populations situées hors de la zone du projet (cibles indirectes) qui ont des contacts ou des liens soit d’affaires, de famille ou d’amitié avec les premières et le ‘’ bouche à oreille’’ faisant le reste.

Outre le bouche à oreille, des campagnes de sensibilisation et de promotion seront organisées dans les lieux publics (marchés, églises, occasion des évènements heureux et malheureux dans les villages, etc…) et dans les médias (radios communautaires ou communales, les réseaux sociaux) sur les bienfaits de cet élevage et de ses retombées. A cet égard, la reconversion des braconniers sera particulièrement visée lors de ces campagnes.

La population cible directe est estimée à 3 800 âmes dont 1 300 hommes et 2 500 femmes (TOBAGNE) tandis que la population cible indirecte est d’environ 61 440 personnes. Les cibles prioritaires seront les femmes et les jeunes ruraux intéressés.

Durée du projet

La durée de mise en place du projet est de 6 mois.  

Le projet compte, dans une 2è phase, étendre ses activités :

  • A moyen terme entre 6 mois et 3 ans, par la formation - des potentiels éleveurs – la sensibilisation des populations – la reproduction et la production des aulacodes – la commercialisation ;
  • A long terme, c’est-à-dire après 3 à 10 ans et plus : le projet ambitionne d’étendre l’envergure du centre pilote par : la création d’un champ des fourrages verts, l’intégration des cultures maraichères, vivrières et pérennes, la mise en place des attractions touristiques (bar, restaurant, salle des jeux divers, élevage des poissons, visites guidées du centre, etc.), la sensibilisation et la formation des élèves et enseignants dans les établissements scolaires de la zone, ceci, pour intéresser surtout les enfants à se familiariser avec la faune sauvage et à protéger l’environnement en général. Ainsi, on suscitera la création des cantines scolaires où seront servis la viande d’aulacode à des prix raisonnables. Ces apports alimentaires supplémentaires, stimuleront les enfants à être plus assidus à l’école et contribueront à réduire le phénomène d’absentéisme. A côté, les établissements scolaires pourraient tirer des revenus de la vente des animaux élevés et ainsi, participer significativement à l’amélioration des conditions de vie dans les campus scolaires.

Budget provisionnel

Le budget a été confectionné sur la base des données suivantes :

  1. Normes de reproduction :
  • Mâle (8 mois à 2,5 à 4,5 kg en moyenne ; femelle (6 mois et demi à 2 ou 3 kg en moyenne) ;
  • Ratio : 1 mâle pour 4 femelles (l’ovulation de la femelle est généralement déclenchée par la présence du mâle) ;
  • Durée de la gestation : 5 mois environ ;
  • Nombre de portées par an : 2 portées ;
  • Nombre de petits par mise bas : 4 aulacodeaux en moyenne ;
  • Allaitement : 40 jours suivi du sevrage ;
  • Poids vif moyen : aulacodine adulte = 3 à 5 kg et aulacodin adulte= 4 à 6 kg
  1. Logement des aulacodes :
  • Bâtiment : 11 m x 5 m soit 55 m2
  • Murs en briques de terre de 15 ; toiture en tôles ; sol dallé
  1. Caractéristiques des infrastructures aulacodicoles :
  • Surface nécessaire/sujet adulte : 0,20 m2 ;
  • Cage individuelle : 0,35 à 0,49 m2 ;
  • Enclos fermé : surface au sol : 2 à 3 m2
  • 1 enclos doit contenir 15 aulacodes en croissance au maximum ;
  • Pour 1 groupe de reproducteurs (1 aulacodin + 4 aulacodines), il faut : 1 ,60 à 2,00 m2 de surface .
  1. Alimentation :
  • Aulacode adulte et subadulte : 150 à 250 g de matière sèche (MS)/kg poids vif (PV) par jour ; aulacodeau : 50 à 100 g de MS/ kg PV par jour ;
  • Consommation d’eau : 25 à 150 ml/kg PV par jour ;
  1. Commercialisation :
  • 1 aulacode adulte : 10 000 F CFA ;
  • 1 groupe des reproducteurs (1 mâle + 4 femelles) : 60 000 F CFA.

Les tableaux qui suivent, présentent le budget estimatif prévu pour la mise en œuvre du projet pilote d’élevage des aulacodes dans le village TOBAGNE.

Investissements (en F CFA)

Montant

Terrain d’implantation du Centre

 

Terrain d’une surface de 1 hectare

1 000 000

Total

1 000 000

Construction - Implantation – Aménagement de l’aulacoderie

 

- Terrassement, fouilles et fondations

500 000

- Gros œuvre, maçonnerie

1 500 000

- Charpente et couverture

800 000

- Aménagement extérieurs

300 000

- Revêtements muraux et sols, menuiserie intérieure et sanitaire

450 000

Total

2 550 000

Matériels et équipements

 

- Achat et transport des aulacodes

900 000

- Equipements de contention, de tri, de pesée, d’entretien

100 000

- Abreuvement (réserve d'eau, qualité de l'eau, potabilisation)

75 000

- Nettoyage et désinfection

50 000

- Groupe électrogène

500 000

Total

1 525 000

Total Investissements

4 075 000

 

 

Compte des résultats du Centre pilote en année pleine (en F CFA)

 

Charges

Mensuelles

Annuelles

Prévisionnelles à l'équilibre

Charges variables

     

- Aliments

100 000

1 200 000

1 200 000

- Eau, carburant, etc.

50 000

600 000

600 000

Total

150 000

1 800 000

1 800 000

Charges fixes

     

- Personnel

150 000

1 800 000

1 800 000

- Matériel

30 000

360 000

360 000

- Information et formation des éleveurs

50 000

600 000

600 000

Total

230 000

2 760 000

2 760 000

Total Charges

380 000

4 560 000

4 560 000

Produits

     

Vente des aulacodes

 

8 160 000

 

Total Produits

 

8 160 000

 


Le tableau ci-après indique, à partir du montant annuel des charges du Centre, en considérant l’hypothèse d’un prix de vente par animal donné, le nombre de femelles que le Centre devrait détenir chaque année.

Montant des charges prévisionnelles à l’équilibre hors amortissement des investissements (en F CFA)

4 560 000

Prix moyen de vente par animal sur le marché local (en F CFA)

10 000

Nombre d’aulacodes à vendre

816

Portée moyenne annuelle par femelle

6

Nombre de femelles pour équilibre annuel

136

 

Les tableaux qui suivent,  présentent le total des dépenses de financement du projet

 

Dépenses

Montant (en F CFA)

Montant des investissements

4 075 000

Montant des charges en année pleine

4 560 000

Total

8 635 000

 

Recettes

Montant (en F CFA)

Part (en %)

CODETO

2 135 000

32,84

Subvention demandée

6 500 000

67,16

Total

8 635 000

100,00

N.B : l’apport des populations consistera essentiellement à la fourniture des matériaux de construction (sable, pierres, bois, etc.) et la mise à disposition du terrain devant abriter le projet.

 

Chronogramme de réalisation des activités

Trimestre

Trimestre 1

Trimestre 2

Trimestre 3

Trimestre 4

Trimestre 5

Trimestre 6

Construction - Implantation – Aménagement

 

 

       

- Terrassement et fondations

 

         

- Gros œuvre, maçonnerie

 

 

       

- Charpente et couverture

 

 

       

- Aménagement extérieurs

 

 

       

- Isolation - Plomberie - Electricité

 

 

       

- Revêtements muraux et sols, menuiserie intérieure et sanitaire

 

         

Installation matériels et équipements

 

 

       

- Aulacodes et leurs logements

 

 

       

- Aulacodes et leurs logements

 

 

       

- Eau (puits et réserve d'eau en assurant qualité et potabilisation

 

 

 

 

 

 

- Groupe électrogène

 

 

       

Information du public et formation des éleveurs

   

 

 

 

 

Suivi du projet

 

 

 

 

 

 

Evaluation du projet par la méthode DIAMOND®

         

 

Rapports d'activités du projet

   

 

   

 

Valeur ajoutée du projet

Ce projet contribuera à lutter contre l’insuffisance de la consommation en protéines animales et à satisfaire la demande de « gibiers » dans le village de TOBAGNE et ses environs, tout en créant des activités génératrices au niveau local. Il permettra également de réduire les feux de brousse en détournant à terme, les populations de l’utilisation du feu pour traquer le gibier, de réduire le braconnage des espèces animales en produisant en grandes quantités de gibier de consommation en exploitant l’hyper prolificité de l’aulacode.

Ces atouts présagent une bonne insertion du projet pilote dans l’environnement du village TOBAGNE et ses environs.

Le Centre mis en place dans le village TOBAGNE, est un projet pilote dans lequel seront développés des savoir-faire en termes de connaissances et compétences pratiques en élevage d’aulacodes dans la zone de savane camerounaise. Ces acquis seront divulgués et disséminés au plan local dans la majorité des villages voisins de BOKITO, puis dans la vaste région des départements du MBAM INOUBOU et du MBAM et KIM. L’ambition est de développer également un faire-savoir qui permettra de sensibiliser par l’information et la formation les populations et particulièrement des éleveurs aux avantages économiques, sociaux et environnementaux de la préservation des espèces sauvages de petits mammifères.

Ce projet est également novateur. Grâce à l’utilisation de la méthode d’évaluation DIAMOND® développée par l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique – France), une évaluation multicritère de la durabilité de l’atelier de production d’aulacodes sera conduite en établissant des indicateurs d’objectifs de durabilité permettant d’évaluer la réponse à ces objectifs. Les indicateurs, mesurés à l’échelle du Centre du village TOBAGNE, serviront à évaluer ses performances économiques, sociales et environnementales et d’identifier les choix techniques ou les combinaisons de pratiques impactant ces enjeux. L’intérêt de l’usage de cet outil est :

  • De mieux comprendre les enjeux et dimensions du développement durable et les principes d’évaluation de la durabilité ;
  • Situer à terme le Centre par rapport à d’autres ateliers qui lui ressemblent, au Cameroun ou dans d’autres pays ayant déjà promu l’élevage des aulacodes (Bénin et Côte d’Ivoire notamment) ;
  • Prendre du recul vis-à-vis de l’outil de production installé ;
  • Identifier les éventuelles marges de progrès possibles et de définir des objectifs d’amélioration (sans toutefois préjuger des actions à conduire) ;
  • Elaborer et de mettre en œuvre des indicateurs et des outils de communication pertinents et efficaces, ainsi que des éléments d’analyse stratégique pour identifier les marges de progrès et les priorités d’action ;
  • Initier un cadre d’échanges de bonnes pratiques qui devrait déboucher sur un processus d’amélioration continue des pratiques d’élevages à des meilleurs coûts, de divulgation de pratiques respectueuses de l’environnement et de promotion d’activités et d’emplois générateurs de revenus dans des zones rurales reculées dans lesquelles les jeunes ne s’installent pas.

Résultats attendus

Les résultats sont les suivants:

  • 1 000 aulacodes issus du projet sont distribués dans la zone à proximité du village TOBAGNE ;
  • 60 jeunes, dont 30 femmes et 20 hommes, formés et accompagnés pour installer un élevage d’aulacodes ;
  • 5 emplois créés dans l’unité d’élevage d’aulacodes du village TOBAGNE ;
  • Conduite de 3 ateliers d’information et de sensibilisation des populations à la préservation de l’environnement pour lutter contre le changement climatique en zone de savane.

Aussi, le projet contribuera de façon qualitative aux plans social, économique et environnemental.

  • Sur le plan social – Une attention particulière est donnée à la formation de jeunes à l’exercice d’une activité de production peu exigeante physiquement, proche des lieux d’habitation et générant des revenus réguliers quelques mois après l’installation afin de les encourager à se fixer au village, et éviter l’exode rurale vers les centres urbains voisins de TOBAGNE. C’est un enjeu social capital en particulier pour les jeunes filles qui ne peuvent pas pratiquer des métiers agricoles difficiles (défrichage, labour de la terre, etc.) et qui ne disposent alors pas d’opportunités d’emplois localement. Ce qui compromet leur avenir.
  • Sur le plan économique – La mise en place d’activités génératrices de revenus réguliers en zone rural de savane entraînera une baisse de la migration des jeunes vers les centres urbains. L’ambition du CODETO est d’amorcer par ce projet, la création du Centre d’Activités Socio-Economiques (CASE) en milieu rural : plusieurs projets seront développés dans le même espace pour mutualiser des infrastructures, tels que des installations de production d’énergie solaire (photovoltaïque et thermodynamique), de biogaz à l’avenir et d’eau, afin de faciliter la transformation des produits localement.
  • Sur le plan environnemental – Le CODETO et les initiateurs du projet promeuvent auprès des autorités administratives et traditionnelles l’interdiction de la pratique des feux de brousse à TOBAGNE et même dans le district de BOKITO. Ces derniers présentent des effets désastreux dans un territoire présentant désormais de longues saisons très chaudes et sèches, avec la disparition des zones humides, induisant des risques de pertes de biodiversité. Cette dynamique devrait également entraîner la diminution de la pratique du braconnage et aboutirait à la sauvegarde de petits mammifères jusqu’alors chassés pour assurer les apports de protéine dans l’alimentation des populations locales et générer des revenus, par la vente sur les marchés et en bord de route, de petits mammifères sauvages.

Un des effets poursuivis par le projet consiste à contribuer à l’amélioration du bien-être socio-économique et environnemental des populations du village TOBAGNE (3 800 personnes environ) et de celles de la zone du projet (environ 61 440 habitants).

À l'origine du projet

Le Comité de Développement du village TOBAGNE en abrégé CODETO, est une association légalisée le 10 août 2020, conformément à la loi n°90/053 du 19 décembre 1990 portant sur la liberté d’association au Cameroun (récépissé de déclaration de l’association portant n°009/RDA/J04/SAAJP).

Le CODETO regroupe toutes les filles et tous les fils du village TOBAGNE. Il a pour objet d’agir pour le compte des populations du village TOBAGNE dans tous les domaines de développement.

Il a pour siège social TOBAGNE, dans l’Arrondissement de BOKITO, Département du MBAM et INOUBOU.

Tel que l’indique le récépissé de déclaration d’association, un bureau exécutif composé de sept (7) membres est chargé de la conduite de cette association conformément aux dispositions prévues par les statuts et le règlement intérieur adoptés librement par ses membres au cours d’une assemblée constitutive tenue le 24 août 2019 à TOBAGNE.

Sur le plan des réalisations, le CODETO compte déjà à son actif : la construction d’une école maternelle de 2 salles de classe et un bureau du directeur d’un montant de 18 000 000 F CFA sur un financement des élites intérieures et de la diaspora du village, 60 tables bancs en cours de livraison pour la maternelle, et la réhabilitation d’une pompe à motricité humaine à l’école publique de TOBAGNE.

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le CODETO a procédé à l’affichage de 1000 prospectus sur les mesures barrières recommandées par les pouvoirs publics, à la distribution de 244 caches nez, d’un carton de savon, 6 seaux lave-main, 120 gobelets, 8 flacons de gels hydro alcooliques, 36 litres d’alcool à 95°, 12 litres de vinaigre blanc. 500 cache-nez sont en cours de confection par un membre de la communauté.

PRESENTATION DES PROMOTEURS

Ce sont les personnes qui ont proposés le projet à la communauté au cours d’une assemblée des membres du CODETO. Ils sont tous originaires du village TOBAGNE et très soucieux du devenir de leur terroir. Il s’agit de :

  • BETIMEGNI BETIMEGNI : contact : (237) 699 52 37 32 / (237) 653 16 16 19 / (237) 698 23 3111 

e-mail : betimegnigodlove@yahoo.fr ou betimegnigodlove@gmail.com

Il est Vice-Président du Comité de Développement de TOBAGNE et en charge de la réalisation de ce projet.

Il est ingénieur agro – environnementaliste retraité. Il est réparti auprès de ses compatriotes, apporter son expertise dans les domaines de l’encadrement de ces derniers sur les domaines de l’agriculture, de la sylviculture, de l’élevage et de l’environnement.

Il s’est illustré dans plusieurs autres domaines d’activités, et est détenteur de plusieurs diplômes et certificats de formation.

  • Julien Fabrice BIETEKE : contact : (237) 677 45 34 29

Est Délégué Médical et communicateur en santé. Il est en service à Laborex-Cameroun depuis 1998 comme Télémarketeur. Historien, il l’est à la base avec un niveau d’études de Maîtrise.

Il est entre autres, membre de la coordination de lutte contre le VIH/SIDA et d’autres pathologies du groupe CFAO au Cameroun et pair éducateur à Laborex, Secretaire administratif du Syndicat de la santé du Département du Mfoundi (région du Centre), formateur en cacaoculture.

Par ailleurs, il est Président de la plateforme des organisations professionnelles agro-sylvo-pastorales et halieutiques du Cameroun (PLANOPAC) antenne de BOKITO (chef-lieu de l’Arrondissement éponyme dont fait partie TOBAGNE cumulativement avec sa fonction de Président du comité de suivi de la PLANOPAC départementale du MBAM INOUBOU.

Il a contribué activement à la mise en place et l’installation des bureaux dans tous les arrondissements du département.

Il encadre les populations du village TOBAGNE et ses environs, dans la culture du cacao de qualité à travers le concept des champs écoles paysannes (CEP).

Maitrisant les outils de communication, de marketing et de marketing social, il est en train de mettre à son actif en tant que Président du PLANOPAC BOKITO, l’introduction et le développement de la culture du riz pluvial NERICA 8, la demande et l’obtention de l’envoi d’un volontaire Américain du corps de la paix, l’organisation des formations sur l’utilisation appropriée des intrants agricoles en partenariat avec SOLEVO Cameroun, la tenue d’un séminaire de formation en techniques aquacoles modernes et la mise en place de deux étangs piscicoles à BOKITO.

Il a lancé et concrétisé l’opération ‘’ Une famille – 10 coqs minimum’’. Dans le même sens, il a organisé des séminaires de formation sur l’itinéraire technique du manioc amélioré, l’élevage des lapins, des porcs, des aulacodes, des poulets de chair, et pondeuses et la distribution de la distribution de l’équivalent de 10 hectares de maïs CMS 8704 aux agriculteurs en septembre 2020.

Chaque jour, il mène des plaidoyers auprès des partenaires sociaux et des populations cibles en appliquant des IEC (Information, Education et communication) en vue d’un changement de comportement pour l’amélioration des conditions de vie des populations cibles.

  • Edgard BOSSOKEN – Expert en politiques d’action dans le secteur de l’énergie.

contact : +33 6 12 48 44 84

Professionnel de l’énergie et de l’environnement depuis vingt-cinq ans, Edgard BOSSOKEN est ingénieur en génie électrique et titulaire d’un DESS en économie et politique de l’énergie.

Il a conduit plusieurs missions portant sur la demande et l’offre de l’énergie dans les secteurs résidentiels, tertiaire, industrie et transport en Europe et en Afrique. Il a assuré pour le compte d’acteurs institutionnels publics (IFDD, ADEME, Agence Internationale de l’Energie, Commission européenne, Ministères, Régions et Départements français) et privés diverses missions : élaboration de stratégies énergétiques, animation, mise en œuvre, gestion, suivi et évaluation de politiques et projets de développement, de valorisation des énergies locales, de maîtrise de la demande d’énergie.

Il a une excellente connaissance des problématiques induites par l’énergie et l’environnement, des acteurs régionaux, nationaux et internationaux impliqués dans ces domaines en Europe et en Afrique. Son implication dans divers projets lui a permis de développer une grande capacité à appréhender les mutations de ces secteurs et à travailler avec les acteurs qui s’y impliquent. Il maîtrise les outils d’analyse technique, scientifique et économique de ces différents domaines.

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Cameroun
0€ engagés sur 9924€
Commencé le 20/03/2021
5000 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Plus d'informations