Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Pisciculture intense en bassins intégrés à la culture du Moringa

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Le projet en détail

Le département de Gaya est situé au sud-ouest de la république du Niger. Il dispose d'un important potentiel hydrique composé des eaux de surface (une centaine de mares permanentes, le fleuve Niger sur 106 km). La pluviométrie moyenne est très forte (800 mm/an environ, sur 70 jours), ce qui en fait une des villes les plus arrosées du Niger la température moyenne annuelle à Gaya est de 29 °C. La population de la commune urbaine était estimée à 56 543 habitants en 2011. La population de Gaya est en majorité constituée de Zarma, de Haoussa et de Peul.

La ville de Gaya est notamment une plate-forme régionale dans le secteur du commerce de  internationale avec le Nigeria et le Benin. On y trouve un centre de transit de voitures d'occasion importées par le port de Cotonou et destinées au marché nigérian, camerounais, tchadien (etc.) et nigérien. À ces activités liées au commerce international, il faut ajouter la production locale de fruits et légumes, notamment l'oignon, facilitée par la proximité du fleuve Niger et de grandes vallées fossiles (Dallol Fogha). La pêche est très pratiquée, mais malheureusement la capture du poisson sauvage est de plus en plus maigre et très aléatoire. Dans le contexte actuel, la pisciculture est une alternative à promouvoir. Elle permet non seulement de stabiliser la biomasse, mais aussi de conserver la biodiversité de nos plans d’eau. L’accès facile à l’eau et la proximité du fleuve font de Gaya une zone favorable à cette activité.

Le sous-secteur halieutique a un potentiel d’environ 410 000 hectares de plans et cours d’eau. La pêche et l’aquaculture sont pourvoyeuses d’emplois et de revenus. Elles contribuent aussi à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Selon les résultats de l’enquête cadre sur la pêche artisanale continentale, réalisée en 2012 par l’UEMOA, la pêche et l’aquaculture touchent directement ou indirectement plus de 50 000 personnes dotées d’un savoir-faire traditionnel et semi moderne. La production nationale est estimée à 40 000 tonnes soit 40 milliards de Francs CFA par an. La consommation nigérienne de poisson est de l’ordre de trois kilos par personne et par an très en dessous de la norme recommandée.) Le but de ce projet est faire la promotion de la production intensive de poisson en bassins bétonnés associée à la culture du Moringa.

Mise en oeuvre

Les princiaux bénéficiaires seront des femmes reconnues pour leur motivation et tenacité.   

Lors de la mise en oeuvre du projet, l’installation des infrastructure sera assurée par l’ONG avec la participation des principeaux bénéficiaires. Ces dernières seront formées en la conduite de culture intensive de poissons chat et en culture de moringa. Aussi elles seront organisée et formées en vie associative, leur permettant de gérer rationnellement les dispositif et les productions.

L’objectif global du projet est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations dans le Département de Gaya.

Les objectifs spécifiques sont :

• Assurer une production de 6 tonnes de poisson-chat en 6 mois

• Augmenter la disponibilité des feuilles du Moringa pour les consommateurs

• Réduire la pauvreté des populations vulnérables de Gaya par la création d’emplois.

Les principales activités du projet sont :

• Fonçage de quatre (4) forages à haut débit.

• Doter les forages d’un système d’exhaure solaire.

• Construire 20 bassins de production de 10m².

• Doter le site d’un système de distribution de l’eau et de vidange par gravité en direction des cultures de Moringa.

• Construire un autre bassin de stockage d’eau pour l’approvisionnement des cultures de Moringa.

• Accueillir les alevins de poisson-chat.

• Accueillir l’aliment de poisson-chat.

• Accueillir les semences de Moringa de bonne qualité.

• Aménager le site et planter le Moringa.

• Conduire un élevage de Tilapia et de Clarias associés à la culture du Moringa.

Budget previsionnel du projet

Montant recherché

Dispositis piscicoles     .............................................3 700 000  fcs CFA

Installation du Jardin ................................................1 252 500  fcs CFA

Formations ...........................................................    650 000  fcs CFA

Conduite de l’élevage de la première campagne .... 800 000  fcs CFA

TOTAL GENERAL  ...................................................6 402 500  fcs CFA

Résultats attendus

Dans la combinaison pisciculture et culture de moringa dans le cadre de ce projet, la pisciculture peut être considédée ici comme l’activité principale. La première campagne sera à terme six mois après la première charge des bassins. Il sera alors constaté des apports de valeurs sur les plans social, économiques et environnemental. Ainsi :

• 6 tonnes de poissons-chat produits  à l’issus de chaque campagne de 6 mois

• 500 kg de feuilles de moringa produites par compagne

• La pauvreté de la population locale a été réduite par la création d’emplois

Aussi bien la production de poisson que celle du moringa sera destiné à la consommation et la vente. Ceci permettra aux femmes de faire face à beaucoup de petites dépenses, voir de devenir autonommes écoonomiquement.

La production alimentaire dans la zone sera augmentée tant quantitativement que qualitativement.

De l’installation du dispositif à la récolte, plusieurs petites opérations entrent en ligne de compte et entraînent la création de plusieurs emplois.

À l'origine du projet

Le répondant permanant est : M. HASSANE Saidou Tel :+22789322940 /+22793100063 Mail : hassane_saidou@yahoo.com

L’ONG Convergence des Efforts pour un Développement Durable (COEDED) est une organisation de développement non gouvernementale, apolitique, non confessionnelle et à but non lucratif. Elle est autorisée à exercer ses activités sur l’ensemble du territoire du Niger par arrêté n°016/MI/AT/DGPAJ/ DLP du 17 janvier 2001 du Ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire.

COEDED a débuté ses activités depuis 2005 dans les régions du fleuve Niger à savoir : Tillabéry, Niamey et Dosso. Par la suite, elle a eu à intervenir dans les régions de Maradi et de Diffa. D’hors et déjà il est à savoir que l’aquaculture est une activité praticacle partout ou l’eau est disponible.

L’ONG COEDED est animée par une équipe multidisciplinaire composée d’hydrobiologistes, de physiologistes, de botanistes, de chimistes, d’hydrologues, d’ingénieurs halieutes, d’ingénieurs des eaux et forêts, de sociologues, de communicateurs, de logisticiens, d’animatrices et d’animateurs communautaires, ayant chacun une expérience professionnelle avérée.

Nous intervenons principalement dans les domaines de la production halieutique et de l’environnement. Nous délivrons à nos bénéficières

  • des appuis conseils techniques,
  • des formations
  • des animations.
  • Conception et construction de dispositifs d’aquaculture
  • Des alevins pour la charge de leurs bassins, étangs, et mares.

Nos bénéficiaires sont

  • les communautés porteuses de projet,
  •  les promoteurs privés
  • Aussi sous forme de prestations pour le compte de promoteurs privés et institutions, nous exécutons des travaux de plusieurs genres allant de la conception à la construction de structures d’aquaculture, la livraison d’alevins, l’empoisonnement de toute sorte de plans d’eaux, etc.…
  • Nous avons eu à répondre à une demande de renforcement de capacité des encadreurs en pisciculture de l’Institut de formations professionnelles IPDR-Kollo, et à donner l’opportunité de stage à plusieurs élèves de cet institut.

Notre vision pour les communautés du Niger. Des communautés sans souci d’aliments, moins pauvres, résilientes aux ennuis climatiques et environnementaux et mieux outillées pour aller de l’avant.

les enjeux du domaine et nos objectifs que nous visons: Notons d’abord que nos activités s’inscrivent dans le cadre de des politiques et stratégies nationale en matière d’agriculture et de gestion environnementale. Nous œuvrons pour les enjeux suivants.

les enjeux économiques : intégrer la filière aquaculture dans l’économie du Niger,

les enjeux sociaux : Faire de l’aquaculture une filière pourvoyeuse d’emplois le long de la chaine de valeur.

les enjeux alimentaires : contribuer à la sécurité alimentaire

les enjeux environnementaux : un environnement protégé.

 Ainsi nous nous sommes assigné comme objectifs :

  • Contribuer considérablement à la promotion et développement de l’aquaculture au Niger. 
  • Chaque citoyen soucieux de l’état de notre l’environnement

Nous nous somme donné comme missions :

- aider les populations à identifier et valoriser les potentialités de leur terroir ;

- aider les populations à gérer durablement les ressources naturelles ;

- aider les populations à créer des sources de revenu durables,

- aider les populations à s’assurer une sécurité alimentaire ;

- aider les populations à améliorer leur cadre de vie ;

- renforcer les capacités techniques et organisationnelles des populations,

- promouvoir les actions de protection de l’environnement des communautés locales.

- aider les communautés à saisir les opportunités offertes par les partenaires techniques et financiers dans les domaines du développement et de l’environnement.

L’ONG COEDED est une structure d’appui technique aux communautés locales ayant pour mission de conseiller, accompagner, animer et entretenir les réflexions des populations sans se substituer à elles afin de permettre l’émergence des groupes d’acteurs locaux capables de prendre en charge les initiatives de développement durable. L’ONG exécute les tâches suivantes : sensibilisations, formations et appui techniques.

Les principaux actifs de la COEDED sont :

- Installation d’une station d’alevinage de diverses espèces de poisson sur le périmètre rizicole de Sébéri (Département de Kollo) en 2005 ;

- La mise au point des techniques de production massive d’alevins des silures (Clarias et Heterobranchus) et des tilapia de 2006 à 2008 ;

- La conduite de plusieurs élevages expérimentaux pour évaluer l'opportunité d'une polyculture du tilapia (Oreochromisniloticus) et des silures (Clarias et Heterobranchus) a permis de trouver des normes techniques d’empoissonnement des plans d’eau (étangs et mares) permettant de mieux valoriser leurs potentialités halieutiques par la diversification des espèces de 2006 à 2008 ;

- Exécution d’un projet d’inversion des tendances à la dégradation des eaux et des sols de l’AHA de Sébéri par l’utilisation des pesticides homologués en 2008 ;

- Le renforcement des capacités des producteurs de poisson (organisations des communautés locales et promoteurs privés de pisciculture)

- Empoissonnement de plusieurs mares des les Régions de Dosso et de Tillabéri dans le cadre du Projet de Développement Des Ressources en Eau et de Gestion Durable des Ecosystèmes (PDREGDE)et mise en place des bassins de conservation de poissons vivants(type Tafouka), campagnes 2009(7mares), 2010(12 mares), 2011(11 mares), 2012(13 mares) et 2015(9mares)

- Empoissonnement pour le compte du PVDT de Dosso 2009 (1 mare)

- Empoissonnement pour le compte de Samaritan’spurse2010 (1 mare à Yatakala / Téra)

- Empoissonnement pour le compte de la DPA 2010 (une mare à Niamey),

-Projet Amélioration du cadre de vie des villages riverains de l’aménagement rizicole de  Sébéry par la construction des latrines communautaires en partenariat avec le Groupe Sahélien d’Appui au Développement (GSAD-WADATA).

-Décembre 2014àFévrier 2015empoissonnement de la mare ‘‘Magarmagar’’ de Maradisuivi de la formation et dotation en outils de travail des pêcheurs et mareyeuses. Financement FAO GCSP/NER/043/MNC.

Prestations pour le compte du  PDREGDE

Août 2015 à septembre 2015

Empoissonnements des 9 mares prévues pour la campagne 2015

Empoissonner  9 mares des régions de Dosso et Tillabéry avec 27900 poissons

Août à Octobre 2012

Empoissonnements des 13  mares prévues pour la campagne 2012

Empoissonner  13 mares des régions de Dosso et Tillaberi avec 33790 poissons

Septembre à Novembre 2011

Empoissonnements des 5 mares prévues pour la campagne 2011

Empoissonner  5 mares des régions de Dosso et Tillabéry avec 24 900 poissons

Août à septembre 2010

Empoissonnements des 7 mares semi permanentes et une mare permanente prévues pour la campagne 2010

Empoissonner sept (7) mares semi permanentes et une mare permanente des départements  de  Tillabéri, Tera et Doutchi  avec 33 000 poissons.

Septembre à Novembre 2009

Empoissonnements des 7 mares et construction de 6 bassins

Empoissonner 7 mares des régions de Dosso et Tillaberi, avec 24900 poissons,

construire 6 bassins de stockage de poissons vivants.

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Niger
0€ engagés sur 9850€
Commencé le 01/04/2021
20 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. La malnutrition et la faim extrêmes entravent encore le développement de nombreux pays. Un changement profond du système mondial d’alimentation et d’agriculture est nécessaire.

Plus d'informations