Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Cheptelisation de lapins pour la protection des gorilles de Grauer

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Le projet en détail

Les communautés locales et autochtones vivant à Itebero (site du projet), en Territoire de Walikale, Province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo subissent les conséquences des différentes guerres qu'a connu notre pays depuis 1994 avec l'arrivée des réfugiées rwandais jusqu'en 2012 avec la guerre du M23. Ces communautés font face non seulement à la rareté des gibiers aux marchés, mais aussi à l'absence criante des viandes issues de l'élevage. Cette situation est l'une des causes de la malnutrition observées chez les enfants et les femmes enceintes dans le milieu.

En effet, pendant ces guerres, les communautés locales et autochtones fuyaient dans la forêts avec leur bétail et volailles. Pendant leurs longs séjours dans la forêt, elles ont été amenées à décimer leur bétail et volailles, car les conditions d'élévage n'étaient plus réunies et la vie devenait de plus en plus difficile. À force de rester dans la forêt, les communautés locales et autochtones d'Itebero ont fini par se rabattre sur la faune sauvage y compris les grands mammifères dont les gorilles afin d'assurer leur survie. C'est à raison d'ailleurs que WWF Belgique estime que 77% de la population des gorilles de plaine de l'Est a disparu depuis les années 1990 qui est passé de 17000 individus à près de 4000 aujourd'hui.

Notons en outre qu'à ce jours, certains villageois ont développé des pratiques encore plus exterminatrices de la faune sauvage. C'est à travers l'usage de morceaux de lames de rasoir comme piège des reptiles dans leurs pistes, mais aussi l'utilisation de lampes torches pour attirer les animaux pendant la chasse nocture. Des informations non vérifiées courent dans la zone du projet que certaines parties de l'animal procurent beaucoup d'argent, ce qui renforce la menace qui pèsent sur les gorilles.

C'est dans ce contexte que FODI voudrait mener une campagne de sensibilisation des communautés locales et autochtones vivant à Itebero par la promotion de l'élevage des lapins dans les ménages afin de soutenir la conservation des gorilles de Grauer qui est une espèce endémique ménacées d'extinction.

Présentation des activités

Ce projet consisite à promouvoir la cunuculture en faveur des communautés locales et autochtones vivant à Itebero, dans la concession forestière des communautés locales Banisamasi. A travers la cuniculture, nous visons l'autonimisation des ménages sur le plan social, environnemental et économique pour bien conserver les gorilles de Grauer, une espèce menacée d'extinction selon le classement de l'UICN.

Notons qu'au niveau des ménages bénéficaires, ce sont les femmes assistées par leurs jeunes enfants capables de trouver le fourage pour les lapins qui seront responsables en charge de cet élevage des lapins.

Les activités :

1. Construction d'un centre de multiplication des géniteurs des lapins.

Le centre de multiplication des géniteurs des lapins est une petite ferme constituée des clapiers, d'une cour, d'une paillotte, de sanitaires et de lapins. Les lapins souches serviront la production des lapereaux à distribuer aux bénéficaires. Le centre servira également de ressource pédagogique pour les communautés et tout visiteur. Les communautés bénéficiaires ont déjà rendu disponible un terrain de 2 hectares où le centre sera construit.

2. Peuplement des clapiers, alimentation et suivi sanitaire des lapins

Les lapins achetés seront installé dans les clapiers, nourris, et suivi sur le plan sanitaire afin de nous assurer qu'ils produisent des lapereaux.

3. Formation des bénéficaires sur l'élevage des lapins

Les bénéficiaires du projet sont estimés à 1800 personnes en considérant la taille moyenne du ménage à 6 personnes pour les 300 ménages bénéficaires. Ainsi, la formation portera sur les notions basiques de la cuniculture (créer un élevage des lapins, alientation, reproduction, prevention des maladies des lapins), la gestion technico-économique de l'élevage des lapins, la valeurs écologique des crottes des lapins dans l'agriculture, et la sensibilisation sur l'importance de de la conservation des gorilles. La formation sera de 4 séances de 3 heures par séance.

4. Fournir un lot de 300 couples de lapins aux premiers béneficiaires

À la fin de ce projet, nous comptons fournir 300 couples de lapins à 300 ménages vivant dans les villages d'Itebero, Tusoke et Kabunga. A la remise des lapins, un noyau villageois des éléveurs des lapins sera constitué afin de permettre aux bénéficiaires de se renforcer mutuelllement sur l'élevage des lapins.

Durabilité

Les bénéficiaires formés recevront un couple de lapins et s'engageront à rembourser un autre couple de lapins dès la première mise bas. Un agent de FODI passera pour assurer de procéder à une deuxième dotation des lapins à 100 nouveaux bénéficaires dans les trois villages. Les anciens formés aideront au coaching des nouveaux bénéficaires. La vente des produits du centre sera faite directement au centre afin de renforcer l'autonomisation du centre et offrir de manière permanente l'appui conseils aux bénéficaires.

Utilisation des fonds du projet

Les fonds qui seront reçus pour ce projet seront utilisés pour la construction du centre, l'achat des lapins femelles souches (200), lapins mâles souches (50), le transport des lapins, l'achat des produits vétérinaires, équipements du centre, payer la sentinelle du centre, construction de la clôture en bambou du centre.

  1. Ressources humaines: 700 Euros
  2. Construction et équipement du centre: 2000 Euros
  3. Achat des lapins géniteurs souches: 2500 Euros
  4. Transport des lapins: 1500 Euros
  5. Frais bancaires: 300 Euros

Chronogramme

Le projet va durer six mois à partir de la réception des fonds.

Mois 1: Travaux de construction du centre de multiplication des lapins, achat, transport et peuplement des clapiers

Mois 2: Alimentation, entretien et suivi suivi sanitaire des lapins

Mois 3: Alimentation, entretien et suivi sanitaire des lapins

Mois 4: Alimentation, entretien , suivi sanitaire, formation des bénéficaires

Mois 5: Alimentation, entretien, suivi sanitaire, formation des bénéficaires, distribution des lapins aux bénéficiaires

Mois 6: Alimentation, entretien, suivi sanitaire, formation des bénéficaires,distribution des lapins aux bénéficaires, Auto-évaluation du projet avec les bénéficaires

 

Résultats attendus

A la fin de ce projet, nous comptons livrer les résultats ci-après:

  • Un centre de multiplication des géniteurs des lapins existe et abrite 200 lapins femelles/souches et 50 lapins males/souches à partir de la fin du premier mois de début du projet
  • 300 délégués des ménages cibles formés améliorent  leurs connaissance et pratiques sur l'élévage des lapins et s'engagent en faveur de la conservation des gorilles de Grauer à partir du 4ème mois de mise en oeuvre du projet
  • L'élevage des lapins est promu dans 3 villages à partir de 300 couples de lapins à partir du 5ème mois de mise en oeuvre du projet
  • 3 Noyaux villageois d'éleveurs des lapins sont constitués et soutiennent les membres en matière d'élévage des lapins à partir du 5ème mois.

Impacts du projet

  • Sur le plan social

Notre projet va porter des effets sur la vie sociale des communautés locales et autochtones des villages cibles.La constructiono des noyaux villageois d'éleveurs de lapins va renforcer les échanges entre les bénéficaires et  ainsi la cohésion sociale dans une société fragmenté par les traumatisme des conflits liés aux affres des guerres. La présence du centre de multiplication des géniteurs des lapins à Itebero permettra aux membres de la communauté d'améliorer leurs capacités en élevage de lapins, ce qui n'a jamais été possible avant le projet. En outre la disponibilité des lapins à vendre au centre permettra aux membres de la communauté d'accéder à cet animal contrairement aux temps passés.

  • Sur le plan économique

Le lapin est une espèce qui reproduit assez rapidement et c'est la raison qui a poussé les bénéficaires à le choisir. Par la vente des lapins, les ménages bénéficaires vont résoudre certains défis d'ordre financier. Compte tenu de sa taille, le lapin ne constitue un animal pour lequel le conseil de famille doit se réunir afin de le tuer pour se nourrir et apporter ainsi des protéines d'origine animale aux membres de la famille. Considérant son double aspect sur la sécurité alimentaire et le volet pécunier que cet élévage procure aux ménage, nous pouvons conclure que l'élevage des lapins est un bon moyen de lutte contre la pauvreté au niveau des ménages.

  • Sur le plan environnemental

Les bénéficaires seront formés sur l'utilité et l'utilisation des crottes des lapins dans l'agriculture afin d'améliorer la production agricole. Ce projet permettra également à 300 ménages de s'engager pour la conservation des gorilles dans le Parc National de Kahuzi-Biega mais aussi dans la concessions forestières des communautés locales (CFCL) Banisamasi. Les bénéficaires vont s'engager à ne pas pratiquer le braconnage, ou à se livrer à des activités pouvant compremettre la survie des gorilles et de son habitat à l'intérieur de la CFCL Banisamasi.

À l'origine du projet

Le projet sera exécuté par l’organisation Forêt pour le Développement Intégrale en sigle FODI asbl, créée le 17 Décembre 2009 à Walikale, Province du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo. Notre organisation dispose de 3 bureaux dont celui de coordination à Goma, un bureau de liaison à Walikale et le bureau du siège social à Itebero. FODI est enregistrée au Ministère de la Justice sous F9/23.701.

Dépuis sa création FODI accompagne les communautés Banisamasi, Basengele, Bananzigha, Bafuna-Bakano et Basengele dans l'acquisition légale et la gestion de leurs concessions forestières des communautés locales conformément au nouveau code forestier. Depuis le mois de juillet dernier, FODI a réussi à obtenir quatre arrêtés provinciaux attribuant aux communautés susmenstionnées, quatre concessions forestières des communautés locales d'une superficie d'environs 121.000 hectares. Pour arriver à ce résultat de longue haleine, FODI a réalisé plusieurs activités grâce au concours financier de plusieurs partenaires dont la Rain forest foundation norvège, the Jane Goodall Institute, le Programme des Petites Initiatives du fonds français pour l'environnement mondial.

Parmi les activités réalisées, nous pouvons citer la cartographie participative des usages, la sensibilisation des communautés sur la conservation des gorilles et la gestion druable des ressources forestières, l'accompagnement des communautés en agriculture durable, les inventaires multi-ressources, la structuration des communautés et la facilitation des tenues des assemblées communautaires, la formation des moniteurs forestiers sur le suivi écologique et la biomonitoring, le suivi des gorilles etc..

Pour nous contacter, voici nos coordonnées,

Nom du Réponsable: NSASE SOKI Maurice, Coordinateur,

Téléphone:+243815309090,

E-mail: foretdeveloppement@gmail.com,

 

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : République Démocratique du Congo
0€ engagés sur 7000€
Commencé le 09/05/2021
1800 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Plus d'informations