Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Amenagement d'une ferme école pilote agroecologique dans la zone humide des Niayes Technopole de Dakar

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Le projet en détail

La securité alimentaire, la lutte contre la pauvreté et l'agriculture durable constituent des défis majeurs aux Sénégal. Ces trois problématiques complexes et interconnectées, sont aujourd'hui affectées par le changement climatique, qui entraîne une dégradation avancée des ressources naturelles et des sols et une baisse des productions agricoles. C'est ce qui installe le pays dans une situation de précarité et d'extrême pauvreté.

Pour faire face à cette situation, le Sénégal a adopté un nouveau modéle de developpement en vue d'atteindre des objectifs fixés en matiere d'autosuffisance et de securité alimentaire.

Le terme de securité alimentaire fut avancé pour la première fois lors de la conference mondiale sur l'alimentation de 1974 à la suite de la crise majeure du système alimentaire mondiale des années 70. L'augmentation du prix du pétrole avait contribué à renchérir le cout de l'énergie et des autres intrants du secteur agricole. Ceci avait été à l'origine de graves crises alimentaires. Dès lors, la question de la sécurité alimentaire a été au coeur des débats, mais ce n'est que lors du sommet mondial de l'alimentation de 1996 que la FAO a défini l'objectif de securité alimentaire comme étant d'assurer à tous les êtres humains un accès physique et économique aux aliments de base dont ils ont besoin pour satisfaire leurs préferences alimentaires afin de mener une vie saine et active.

Il faut noter qu'au Sénégal comme dans beaucoup de pays du tiers monde, il est maintenant admis que les politiques agricoles doivent principalement viser la réalisation de la sécurité alimentaire.

Aujourd'hui, la sécurité alimentaire est un théme d'actualité. Elle figure parmis les objectifs de developpement durable adoptés par l'assemblée générale des Nations Unies. Ces objectifs entre autres consistent à éliminer la faim et l'extreme pauvreté, promouvoir l'agriculture durable, préserver et restaurer les écosystèmes, favoriser une consommation plus responsable et promouvoir la santé.

Pour mettre en oeuvre ces objectifs, le Sénégal a adopté une stratégie nationale sur le developpement durable et une loi d'orientation agrosylvopastorale. Ces stratégies qui reposent sur le référentiel de la politique economique et sociale du Plan Sénégal Emergent permettent d'assurer à moyen et long terme une insertion réussie des populations dans les chaînes de valeur mondiale.

Ainsi ces strategies s'appuient entre autres sur :

  • l'amelioration significative des conditions de vie ;
  • la lutte contre les inegalités sociales avec la mise en place de fermes agrocoles intégrées ou projet par l'Etat et ses partenaires dans la cadre du partenariat public privé afin d'accélérer la cadence de l'agriculture pour une sécurité alimentaire ;
  • une agriculture biologique durable et constituée d'un système de production qui exclut l'usage de certains engrais, pesticides de synthèse et organismes génétiquement modifiés ;
  • une agriculture raisonnée qui constitue aussi un système de production qui tient compte de l'environnement dans un concept qui préconise une utilisation efficiente et une production intégrée qui fait de la préservation de la fertilité des sols et de la conservation de la biodiversité un aspect essentiel.

Ainsi pour traduire concrètement cette vision à l'échelle locale, l'association Action Citoyenne en partenariat avec NCD et la Direction des Aires Marines Communautaires Protégées a initié ce projet pour notamment renforcer les capacités des acteurs maraichers et femmes transformatrices, contribuer à la securité alimentaire, promouvoir l'entreprenariat vert avec la conservation durable des ressources naturelles de la Zone humide des Niayes, tout en incitant les communautés à pratiquer une agriculture biologique saine excluant l'usage de certains engrais et pesticides pour la préservation de l'environnement des Niayes.

Zone géographique

Le projet est localisé dans la zone humide de la grande Niaye Technopole de Dakar, une zone faisant l'objet d'un décret de classement du président de la République sous le N° 2019-748 du 19 Mars 2019. Ce décret consacre la zone du technopole en Réserve Naturelle Urbaine de la Grande Niaye de Pikine et Dépendances suite au plaidoyer des organisations notamment : Action Citoyenne (ACC), Nature Communautés et Developpement (NCD) et l'Union des Horticulteurs (UDH)

En effet les Niayes présentent un écosystème ayant une importance capitale pour l'équilibre de l'environnement urbain. Les Niayes sont alimentés en eau douce pendant la saison des pluies. Les eaux de surface correspondent à des affleurement de la nappe qui forment par endroit des lacs. Les ressources en eau font partie de la richesse et sont d'une importance capitale.

Selon une étude du Pr Badiane de l'Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD), la végétation des Niayes est caractérisée par des sols humifères ou dominent les Coco nucifera et les Eleacis guinennecis. La strate herbacée qui est assez importante est composée de graminées. Les plans d'eau sont colonisés par les typha et les Phragmites. L'évaluation écologique de la zone humide des Niayes montre un potentiel écologique selon une approche fondée sur des indicateurs pondérables qui déterminent la valeur écologique du milieu, à savoir les facteurs relatifs à la qualité, à la capacité et à la fonctionnalité. L'évaluation des services écosystémiques démontre l'existence de services potentiels dans cette zone. Ceux-ci sont effectivement fournis par des ressources qui sont offertes par ce milieu. Ainsi, les activités socioéconomiques s'y déroulent avec des risques et problèmes observés dans cette zone.

La zone des Niayes présente un potentiel écologique assez remarqué qui est composé de:

  • lacs
  • zone de tanne
  • zone de culture
  • prairie maraicageuse
  • mangrove
  • palmerais
  • dunes boisées

Globalement, la diversité des écosystèmes humides fait que l'espace des Niayes, et plus particulièrement la zone du Technopole a un potentiel trés important se traduisant par une variété de services écosystémiques. Les differents bénéfices qu'en tirent les populations rendent compte de l'effectivité de certains des services écosystémiques :

  • Les bénéfices tirés de l'activité de la pêche

La pêche est une activité remarquable dans les zones humides de Dakar. Elle est notée dans la grande Niaye Technopole de Pikine, au lac Ouye et au lac Mbeubeus. Des revenus trés importants sont générés à partir des ressources aquatiques, le poisson en particulier. Les pecheurs et le Bana Bana gagnent respectivement en moyenne 11.500F cfa et 11.400F cfa par jour.

  • Les bénéfices tirés de l'activité de maraichage

Le maraichage est aussi bien implanté autour des zones humides des Niayes de Dakar. Sur quatre sites, les trois (Technopole lac Ouye et lac Mbeubeuss) sont de potentielles zones de production de diverses spéculations notamment : la patate douce, concombre, salade, poivron, beterave, tomate oignon etc. Les valeurs économiques varient selon la spéculation. Un producteur de la grande Niaye de Pikine produit en moyenne 05 à 06 tonnes de legumes pour un gain annuel de 5.000.000F cfa soit 13.000F cfa jour.

  • Les bénéfices tirés de la récolte de fourage

Certains individus collectent en moyenne 03 à 04 tas de 70 à 80 kg d'herbe par jour destinés à l'alimention du bétail. Le tas d'herbe est vendu au minimum à 1000F cfa.. Cette activité rapporte en moyenne près de 4.000F cfa par jour.

Sur le plan écologique, le milieu se degrade avec un potentiel faible à trés faible. La prolifération des plantes aquatiques telles que le typha, l'eutrophisation, l'urbanisation (la pression foncière) et les ordures ménagères constituent autant de menaces pour cette zone.

Pour faire face à cette situation, l'Association Action citoyenne a initié un tel projet pour eventuellement permettre aux acteurs de la zone à mieux contribuer à la conservation durable des ressources naturelles de la grande Niaye technopole de Dakar.

Présentation

Le projet concerne l'aménagement et l'installation d'une ferme école pilote agroécologique localisée dans la zone humide de la grande Niaye Technopole de Dakar.

Il consiste à mettre en place une ferme d'une superficie de 0,5 hectares pour une production en moyenne de 50 tonnes de légumes bio par an. La mise en place de cette ferme permettra egalement de former en même temps des jeunes maraichers et des femmes vendeuses et transformatrices afin de les inciter à promouvoir les emplois verts, avec notamment la production, le conditionnement et la commercialisation des legumes sains et biologiques.

Ainsi la réalisation de ce projet permettra de :

  • contribuer à la securité alimentaire ;
  • promouvoir l'entreprenariat vert ;
  • participer à la conservation durable des ressources naturelles de la zone humide des Niayes Technopole de Dakar.

Les 100 beneficiaires du projet sont notamment constitués des jeunes maraichers et des femmes vendeuses et transformatrices des legumes qui s'activent dans la zone humide de la grande Niaye de Dakar.

La mise en oeuvre d'un tel projet permettra d'expérimenter une chaîne de valeur notamment constituée de la production, du conditionnement et de la commercialisation de legumes bio destinés aux ménages.

Ainsi la réalisation d'un tel projet permet aussi de contribuer à l'atteinte des ODD suivants :

  • assurer la sécurité alimentaire
  • établir des modes de consommation et de production durables
  • préserver et restaurer les écosystemes terrestres en veillant à les exploiter de facon durable.

Calendrier prévisionnel

Activités 1

  • Achat de serre et équipements agricoles: ...................... mai 2021
  • Aménagement et installation............................................mai 2021
  • Fouille de compostage et achat d'intrans........................ mai 2021

Activités 2

  • Séminaire de renforcement des capacités en production de maraichage bio......... juin 2021
  • Séminaire de renforcement des capacités en leadership et gestion financiere........juillet 2021

Activités 3

  • Affichages flyers et publicités sur media..........juillet 2021
  • Sensibilisation avec des visites à domicile........aout 2021

Activités 4

  • Exploitation des facons culturales........juin - septembre 2021
  • Production bio et conditionnement  ...octobre - décembre 2021
  • Commercialisation et marketing.. ..... octobre - décembre 2021

Besoins en équipements et en fonctionnement

Equipements agricoles

  • Serre agricole de 200m2................... .700.000
  • Motopompe........................................ 100.000          
  • Mini forage...........................................200.000
  • Brouette...............................................25.000
  • Pelles...................................................10.000
  • Coupe coupe .......................................10.000
  • Rateaux................................................10.000
  • Binettes................................................10.000 
  • Décametre........................................... 30.000
  • Ballance............................................... 25000
  • 'Emballage...........................................100.000
  • Pompe de traitement phyto...................25.000

Total équipements....................................1.245.000

Fonctionnement

  • Location d'une surface agricole de 0,5 hectare......500.000
  • Semences, intrans et compostage..........................200.000
  • 'Engrais bio..............................................................200.000
  • Produits phyto bio....................................................100.000
  • Carburant et lubrifiant..............................................255.000
  • Remuneration des bénéficiaires ouvriers................1.000.000

Totale charge de fonctionnement.................................2.255.000

Cout des 02 seminaires de formation..........................800.000

Frais de communication et sensibilisation..................900.000

Plan de financement du projet

  • Cout total du projet: 5.200.000
  • Apport du promoteur: ACC 700.000
  • Financement du partenaire: NCD 500.000
  • Financement sollicité à Objectif 2030: 4.000.000

Résultats attendus

Résultats attendus 1

  • Un périmètre agricole de 0.5 hectare de production de légumes bio est aménagé et installé

Budget previsionnel 1.800.000

Résultats attendus 2

  • 100 bénéficiaires sont formés en technique de production agroécologique en leadership entreprenariat et en gestion financière

Budget prévisionnel 800.000

Résultats attendus 3

  • 09 campagnes d’affichages, de publicités et de sensibilisation en VAD sont organisées

Budget previsionnel 900.000

Résultats attendus 4

  • 50 tonnes de légumes sains et bio  par an sont commercialisés par les femmes vendeuses et transformatrices;
  • Les conditions de vie des bénéficiaires  notamment les maraichers et les femmes vendeuses et transformatricessont sont améliorées a partir des revenus tirés de la vente des produits bio,
  • Des emplois verts concernant la production maraichére, le conditonnement et la commercialisation des légumes sains et bio sont créés et valorisés.
  • Les pesticides de synthese et les engrais sont de moins en mois utilisés par les maraichers et l'environnement et la biodiversité de la zone des Niaye sont mieux protégés contre la pollution et l'usage des produits chimiques.
  • les 600 autres maraichers recensés dans la zone audela des beneficiaires sont influencés des avantages de la cuture et de la commercialisation de legumes sains et biologiques.
  • les menages ont accés à la consommation bio favorable à une bonne santé

Budget prévisionnel 1.700.000

 

 

À l'origine du projet

L’Association Action citoyenne a été créée le 19 janvier 2005 à Dakar. Elle est reconnue sous le numéro RC : 015/GRD/AA/ASO

Elle a pour objectif : de lutter contre la pauvreté, de protéger l’environnement et de promouvoir l’accès aux énergies renouvelables.

L’association compte plus de 500 membres sympathisants et adhérents répartis dans des organisations communautaires, des Unions Locales d’agriculteurs, des groupements de promotion féminine, des chercheurs et des universitaires.

L’Association est affiliée à l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et au Secrétariat International Francophone pour l’Evaluation Environnementale (SIFEE).

 L’Association est administrée par l’Assemblée Générale (AG), Le Conseil d’administration (CA), le Bureau Exécutif et le Secrétariat Permanent (SEP).

Le conseil d’administration est composé de 21 membres dont 11 femmes et 10 hommes.

Son siégé social se situe aux 02 voies Technopole villa n°97 Pikine Ouest Dakar/Sénégal.

En 2006, l’association Action Citoyenne a mis sur pied un projet de gestion des ordures ménagères au niveau des quartiers périphériques de Keur Massar

L’Association Action Citoyenne à participer en 2008 à l’Hôtel Hacienda, à la journée officielle de lancement de l’ONG Droit à l’énergie antenne Sénégal.

 

 

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Sénégal
0€ engagés sur 6110€
Commencé le 11/06/2020
100 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. La malnutrition et la faim extrêmes entravent encore le développement de nombreux pays. Un changement profond du système mondial d’alimentation et d’agriculture est nécessaire.

Plus d'informations