Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Restauration de l’habitat du lamantin dans le lac Ossa

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Le projet en détail

Une restauration dans et autour d’une aire protégée contribue à de nombreux objectifs sociétaux liés à la conservation de la biodiversité et au bien-être humain. C’est le cas de la Réserve de Faune du Lac Ossa (RFLO), d’une superficie de 4000 ha qui est une aire protégée regorgeant des services écosystémiques et valeurs qui sont indispensables à la survie de la population riveraine et environs. Ainsi, elle offre une biodiversité exotique avec pour espèce phare le lamantin d’Afrique, un paysage attrayant à travers son écosystème lacustre parsemé de 77 îles et îlots, une valeur éducative dans son rôle de site de recherche et d’éducation environnementale pour les apprenants de la nature.

Toutefois, la RFLO subit des pressions et menaces qui dégradent progressivement son écosystème. En effet, plusieurs îles du lac endurent un déboisement de leur forêt à des fins agricoles et de lotissement, la propagation de la Salvinia molesta, plante envahissante sur l’étendue du lac, avec pour conséquence la réduction de la surface des zones de pêche, la réduction de l’oxygène dissous et par ricochet la diminution du rendement de pêche. Pour finir, une augmentation du braconnage d’espèces menacées d’extinction telles que le pangolin, la tortue à carapace molle et le lamantin est observé dans la RFLO.

Objectifs

Face à cette situation, ce projet compte effectuer une série d’actions pour remonter la pente afin de répondre à l’une des cibles de l’objectif de développement durable 15 qui est de « prendre d’urgence des mesures énergiques pour réduire la dégradation du milieu naturel, mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité et, d’ici à 2020, protéger les espèces menacées et prévenir leur extinction ». Ainsi, les objectifs sont : réduire d’au moins 5% les surfaces déboisées; éliminer au moins 5% l’invasion de Salvinia molesta; accroître la résilience d’au moins 5% des pêcheurs et vendeurs de poissons locales via la sensibilisation et la promotion des activités génératrices de revenu.

Activités

1.1 : Mise en place d'une pépinière de production de 3000 plants

Pour atteindre le premier objectif, il s'agira de construire en premier lieu, une pépinière arboricole de 200 m² avec une production de 3000 plants de trois essences forestières originaires de la localité, offrant des contreforts pour réduire l'érosion, résistantes au soleil et au vent, dont l'azobé (Lophira alata), le Wengué (Millettia laurentii) et le bibolo (Lovoa trichilioides). Les bourgeons seront collectés en brousse, mis en pépinière et suivi pendant quatre mois pour produire des jeunes plants prêts à être utilisés pour le reboisement. Les bénéficiaires de cette activité seront une association de 15 pêcheurs de Dizangue, qui ont été formés par AMMCO dans la construction et le suivi d'une pépinière. Ayant déjà cette compétence, ils seront rémunérés pour la mise sur pied et le suivi de la pépinière.

Formation des pêcheurs sur la mise sur pied d'une pépinière

 

 

 

 

 

 

 

Figure 1 : Formation des pêcheurs sur la mise sur pied d'une pépinière

1.2 : Reboisement des îles dégradées sur 12 000 m²

Les jeunes plants obtenus de la pépinière, serviront à reboiser 12 000 m² de surface, qui seront répartis sur les deux îles les plus touchées de la RFLO. Ce reboisement permettra de réduire l'érosion et par conséquent limiter la diminution de la profondeur du lac pour favoriser la survie du lamantin. Vingt membres de l'associations des jeunes dynamiques de Dizangue seront employés pour effectuer ce reboisement. Ils seront accompagnés par deux pêcheurs expérimentés, qui ont effectué la première campagne de reboisement des berges du Lac Ossa dégradées, organisée par AMMCO en 2019.

Reboisement des berges du Lac Ossa

Figure 2 : Reboisement des berges du Lac Ossa

2.1 : Retrait de 300 tonnes de Salvinia molesta sur les voies de navigation

Le retrait de la Salvinia molesta sera concentré sur les voies de navigation des pêcheurs et les corridors de passage du lamantin dans le Lac Ossa. Ainsi pendant une semaine, 50 pêcheurs seront mobilisés par jour pour retirer 1000 sacs de 50 kg de Salvinia. Ce qui permettra d'atteindre une masse de 300 tonnes au bout de 06 jours de travail. Cette activité permettra de rendre le lac plus attrayant et facilitera le déplacement des pêcheurs et du lamantin dans le Lac Ossa. L'activité sera réalisée sous la supervision des écogardes qui ont suivi la première campagne de retrait de la salvinia initiée par AMMCO en fin 2019.

Figure 3 : Retrait de la Salvinia molesta dans le Lac Ossa

2.2 : Atelier sur l'évaluation de la gestion de la Réserve de Faune du Lac Ossa

La RFLO est soumise à plusieurs menaces et pressions, qui contribuent à la dégradation de son environnement. L'évaluation de gestion va permettre de prioriser les actions à entreprendre dans le long et moyen terme et les solutions appropriées pour résoudre les problèmes identifiés au cours de l'évaluation. L'évaluation va utiliser l'outil METT, qui permet de faire une évaluation rapide de l'efficacité de gestion d'une aire protégée. Ainsi, un atelier sera organisé avec pour participant le Conservateur de la RFLO, les OSC de la localité et les pêcheurs influents du Lac Ossa.

3.1 : Sensibilisation et formation des jeunes de Dizangue

Dans le souci de changer les mentalités de la communauté sur le braconnage des espèces en danger d'extinction du Lac Ossa, quatre grandes plaques de sensibilisation sur les espèces phares seront placées dans la réserve. Une plaque dans chacune des deux entrées de la RFLO, une dans la réserve et la dernière en plein Dizangue. En outre, une formation de 10 membres du club scout et 20 membres de l'association des jeunes dynamiques de Dizangue sera faite sur le rôle, la fonction et l'importance de la RFLO pour le bien-être de la communauté locale.

3.2 : Mise sur pied d'un fond d'appui pour le développement des femmes de Dizangue 

Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, un fond rotatif encore dénommé Fonds d’Appui au Développement Durable sera mis sur pied afin de faciliter le financement des activités génératrices de revenus de 30 femmes. Les femmes pourront ainsi investir dans le secteur primaire (agriculture, élevage), le secteur secondaire (transformation des produits locaux, broderie, tapisserie…) le secteur tertiaire (artisanat de service, métiers de proximité, …).  Chacune des bénéficiaires au programme aura un suivi et un accompagnement personnalisé dans la mise en œuvre et la gestion de son activité.

Figure 4 : Fabrication du savon grâce au fond rotatif de 2018

Calendrier

Le projet sera exécuté sur une période de 06 mois. Son implémentation débutera en juin 2020 pour se terminer en décembre 2020.

Budget estimatif pour la mise en œuvre du projet

A1.1 : Mise en place d'une pépinière de production de 3000 plants = 1 800 euros

A1.2 : Reboisement des îles dégradées sur 12 000 m² = 3 355 euros

A2.1 : Retrait de 300 tonnes de salvinia molesta sur les voies de navigation = 3 600 euros 

A2.2 : Atelier sur l'évaluation de la gestion de la Réserve de Faune du Lac Ossa = 100 euros

A3.1 : Sensibilisation et formation des jeunes de Dizangue = 130 euros

A3.2 : Mise sur pied d'un fond d'appui pour le développement des femmes de Dizangue = 1 000 euros

La demande de financement est de 10 000 euros.

 

Résultats attendus

Les résultats attendus dans ce projet seront d’ordre environnemental et socio-économique :

Retombées du projet :

Ce projet va générer des impacts positifs aux près de la communauté locale. Les impacts seront d’ordre environnemental, social et économique. Il s’agira de :

Impact environnemental : à travers le reboisement des îles dégradées, qui va permettre la restauration de l’habitat du lamantin en réduisant l’érosion ; le retrait de la salvinia va rendre le milieu plus attrayant et restaurer le processus d’oxygénation avec un impact positif sur la production des poissons; l’évaluation rapide de l’efficacité de gestion va permettre de prendre les solutions adaptées aux problèmes enregistrés dans RFLO ; la sensibilisation et la formation des jeunes va permettre un éveil de conscience sur l’importance de conserver la nature.

Impact économique : à travers la création d’emplois temporaires lors de la mise sur pied de la pépinière et de son suivi, la rémunération de la main d’œuvre locale pendant les activités de reboisement et du retrait de la salvinia molesta.

Impact social : à travers le changement du statut des femmes, grâce au fond rotatif, plusieurs vont diversifier leur activité de revenus et d’autres vont quitter du statut de ménagère à femme d’affaire.

À l'origine du projet

L’African Marine Mammal Conservation Organization à but non lucratif créée le 8 mai 2014, dont la mission est de contribuer à la protection de la mégafaune aquatique et de leurs habitats en Afrique centrale, en améliorant les connaissances scientifiques et en impliquant les pêcheurs et les autres parties prenantes dans la pêche durable et l'utilisation responsable des bassins versants. Pour y parvenir, AMMCO utilise quatre approches :

  • Recherche et le suivi : depuis sa création AMMCO mène la recherche sur le lamantin d’Afrique dans la Réserve de Faune du Lac Ossa, dès 2016 il s’est étendu sur la côte camerounaise pour le suivi des cétacés, des tortues marines, des requins et raies ;
  • Eveil de conscience : une fois les connaissance acquise, AMMCO les partage à travers la sensibilisation via les médias et les réseaux sociaux et par l’éducation environnementale dans les établissements scolaires de Dizangue et de Limbe ;
  • Renforcement des capacités : AMMCO accueille depuis 2014 au moins 02 étudiants comme stagiaires pour renforcer les capacités de ce dernier sur la recherche de la méga faune aquatique ;
  • Développement communautaire : pour encourager la communauté locale à conserver les espèces en danger d’extinction, AMMCO propose aux populations des activités génératrices de revenus alternative à la pêche telles que l’apiculture, l’héliciculture, l’agriculture.

African Marine Mammal Conservation Organization (AMMCO)

Dizangue, littoral-Cameroun

BP : 908 Edéa

Email : info@ammco.org/ ennanga@ammco.org

Site internet : www.ammco.org.

Facebook : AMMCO

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Vos contributions

Christie bassong, le Sept. 14, 2020, 12:26 p.m.

Bonjour
Ma famille et moi avons vu les vidéos du lac
Nous avons aussi ouvert une cagnotte. Où en êtes vous sur la réalisation du projet ?

Cordialement,

Christie bassong

Informations

Pays : Cameroun
0€ engagés sur 10000€
Commencé le 01/06/2020
300 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°15 : Ecosystèmes terrestres

Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Plus d'informations