Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Centre de formation et de production de fourrage vert hydroponique

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Le projet en détail

Contexte du projet 

Au Burkina Faso, l’élevage et l’agriculture emploient plus de 80% de la population active et génèrent 80% des recettes d’exportation. Ils contribuent pour 40% à la formation du PIB. L’élevage est la 2ème source de recettes d’exportation après le coton et contribue pour plus de 18% à la formation du PIB. Malgré cet énorme potentiel, les performances du secteur restent encore modestes. En effet, dans la but de satisfaire la demande en produits animaux de plus en plus croissante, face à la croissance démographique et à l’accroissement de l’urbanisation, on assiste à l’émergence de systèmes semi-intensifs à intensifs de production rencontrées en zones urbaines et périurbaines.

L’élevage en ville est sans doute une activité génératrice de revenu. Cependant, une contrainte majeure dans cette activité demeure l’alimentation des animaux, notamment le problème d’affouragement qui est couramment évoqué par les éleveurs et qui se pose de façon cruciale dans le milieu urbain où il y a un manque d’espace pour la pâture. Sur le plan naturel, par exemple, les disponibilités fourragères sont tributaires des conditions climatiques. Ces disponibilités s’amenuisent d’année en année en raison de la sécheresse.

Au Burkina Faso,  environ 9,5% des femmes et 11,5% des jeunes sont au chômage en milieu urbain. 54% des chômeurs sont des femmes.  Les femmes sont plus exposées au chômage en milieu urbain, et sont plus atteintes par le phénomène du découragement. Le taux de chômage au sens large selon le genre montre que 3% des hommes sont au chômage contre 4,9% des femmes. Ce qui montre qu’il y a plus de femmes qui ne cherchent pas du travail, mais qui sont prêtes à travailler si elles avaient un emploi. Il est à noter aussi que parmi celles qui travaillent, 30,3% sont en sous-emploi visible contre 16, 3% pour Les hommes. Les femmes sont plus exposées au chômage en milieu urbain. En effet, en milieu urbain, le taux de chômage au sens large des femmes est de 15,0 % alors que celui des hommes est  de 8,4. Les femmes qui désirent travailler plus longtemps sont 31% en milieu rural et 27,7% en milieu urbain.

C'est dans ce contexte que nous voulons former les femmes dans la production et la vente de fourrage vert hydroponique dans les grandes villes et périphéries du Burkina Faso.

Contenu du projet

Présentation

Notre projet consiste ainsi à convertir ces femmes sans emplois dans la production et la vente de fourrage vert hydroponique afin de les autonomiser socialement et économiquement et pour qu’elles participent à la valorisation et au renforcement de la filière bétail au Burkina Faso. Le fourrage hydroponique présente beaucoup d’avantages au regard de son excellente qualité. Il assure une réduction des coûts alimentaires et des factures vétérinaires. C’est un fourrage sans pesticides et sans poussières ; ce qui améliore la santé animale et la prise du poids. Le fourrage  hydroponique est un fourrage frais, régulier, nutritif, riche en vitamines et enzymes en été comme en hiver ; ce qui améliore la digestion, il se digère beaucoup mieux que les céréales. L’alimentation avec ce fourrage frais conduit l’animal à utiliser moins d’énergie lors de la digestion de sorte qu’il la canalise en production que ce soit du lait ou le gain du poids.

La production du fourrage hydroponique peut assurer un grand développement dans le domaine d’agriculture, d’élevage, d’environnement, d’économie, de santé dans notre région et même dans notre pays entier, en assurant :

  • L’économie d’eau : Une production quotidienne de fourrage frais sans grand  besoin d’approvisionnement en eau.
  • L’utilisation efficace des terres : Une production en grand volume de fourrage frais sur une petite surface. Notre production permet d’avoir 7 Kg de fourrage hydroponique à partir d’un seul Kg de grains de maïs.
  • Sans pesticide : Une production de fourrage sans pulvérisation sur la culture et un environnement sans pesticide.

Les bénéficiaires  sont sélectionnées pour leur statut économique et social inférieur et l’intérêt qu'elles portent à l’élevage.

Activités

  •  Le centre de formation en production et commercialisation du fourrage vert hydroponique à Ouagadougou.

Le centre se composera d’une unité de production de fourrage vert hydroponique de 200 m2. Cette unité va produire au minimum 100kg de fourrage par jour et de façon continue sur toute l’année. Dans un premier temps, le centre aura environ 150 bénéficiaires directes. Rien qu’en considérant les membres des familles des bénéficiaires directes, 7500 personnes seront indirectement touchés pour le projet.

  •   Les formations en production de fourrage vert hydroponique seront organisées au sein du centre pilote.

Le centre formera au minimum 50 personnes par mois et sur 3 mois. La formation aura une durée de deux semaines. Après les formations, elles seront des personnes de ressource. La durabilité des résultats peut être garantie sur le long terme.

  • Des entreprises créées par les bénéficiaires.

À l’issue de la formation, les bénéficiaires auront les compétences requises pour se lancer dans la production et la commercialisation de fourrage vert hydroponique et pourront choisir entre plusieurs options de business, s’associer ou rester seules, etc.

Les fonds demandés de 9850€ vont servir à la construction de l’unité de production fourrage vert hydroponique (serre), achats de 13 sacs de maïs (sac de 100 Kg) et achats des matériels (plateaux, produit sanitaire, réservoir d’eau, étagère,..) et la formation de 150 femmes en production et commercialisation de fourrage vert hydroponique 

Calendrier

Le projet a une durée de 6 mois, dont les étapes principales seront :

Mois 1 : Mise en place du projet qui se fera sur le terrain de la FBACU (une serre de 200m2).

Mois 2: Formation du personnel du projet, achat des matériels du projet et les poules

Mois 3 : Lancement du centre de formation

Mois 4-5: Début des activités phares du projet (formation et autonomisation des bénéficiaires).

Mois 6: Atelier de clôture officielle » du projet

Résultats attendus

• 150 femmes touchées vont développer leur confiance en elles, leur autonomie et leur capacité à innover.

• Les capacités techniques en production et commercialisation de fourrage pour les 150 bénéficiaires

• Des facteurs de production modernes sont acquis

• Une unité de production de fourrage vert hydroponique pour la ville de ouagadougou.

• Plus de 100kg de fourrage /jours à partir d’une semaine.

 

À l'origine du projet

La Fédération Burkinabè des Associations, Centres et clubs UNESCO (FBACU) est une structure associative à but non lucratif regroupent des hommes et des femmes de bonne volonté, citoyens de tous âges et de tous horizons socioprofessionnels au service des idéaux de l’UNESCO. Au Burkina Faso la FBACU constitue un relais d’information sur la mission de paix de l’UNESCO auprès de la société civile et des promoteurs d’un développement durable.

Créé en 1985 sous l’égide de Commission Nationale pour l’UNESCO (CNU), la Fédération Burkinabè des Association, Centres et clubs UNESCO s’engage fermement envers les idéaux de l’UNESCO tels qu’ils figurent dans l’Acte constitutif de l’Organisation et envers la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elle a pour objectif global de contribuer à une meilleure compréhension nationale et internationale conformément aux principes et idéaux de l’UNESCO et d’intéresser ses membres et l’opinion publique aux problèmes que l’UNESCO s’efforce à résoudre dans le monde.

Ces principaux domaines d’intervention sont entre autres :

  • contribuer à la défense et à la promotion des droits de l'homme,  la bonne gouvernance, la démocratie et  une culture de paix.
  • la promotion de l’écocitoyenneté et au Développement humain durable ; lutter contre les IST/VIH/SIDA et promouvoir la santé reproductive des jeunes.
  • contribuer à des projets sociaux et éducatifs dans les écoles et le système éducatif.
  • contribuer au Renforcement des capacités organisationnelles et la visibilité des clubs UNESCO ;
  • la promotion du développement du Burkina Faso à travers la lutte contre l’extrémisme violent, la violence, l’incivisme et la promotion de l’éducation environnementale,

Par ailleurs, la FBACU, dans sa dynamique de couvrir l’étendue du territoire par ses missions et actions promotrices des idéaux de l’Unesco, a mis en place des instances décentralisées à savoir  des conseils provinciaux des clubs UNESCO  dans les différentes régions du Burkina Faso.

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Vos contributions

Jean Ives BONZI (Fondation Tamou), le Aug. 31, 2020, 4:50 p.m.

Nous sommes en cours de constitution d un centre agro ecologique pour enfants vivant avec un handicap a Ouagadougou les animaux y jouent un role et la production de fourrage aiderait beaucoup... il nous plairait d apprendre de vous et peut etre que dans le processus nous pourrions aussi signifier quelque chose pour vous?

Ouangré gaston, le May 18, 2020, 3:29 a.m.

Je suis tres intéressé par ce projet! Et je desir apporter ma touche dans sa pleine réalisation..
Je suis etudiant en master 1 a l'institut du génie de l'environnement et du développement durable ( IGEDD) Ouagadougou, j'aimerais obtenir un stage de formations durant la réalisation de ce projet

Informations

Pays : Burkina
0€ engagés sur 9850€
Commencé le 01/11/2019
7500 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. La malnutrition et la faim extrêmes entravent encore le développement de nombreux pays. Un changement profond du système mondial d’alimentation et d’agriculture est nécessaire.

Plus d'informations