Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Réduction des pertes post-récoltes des fruits et légumes et autonomisation des femmes de l’Ouest Cameroun

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Le projet en détail

Contexte

Chaque année le monde perd environ un tiers de sa production alimentaire (FAO, 2016). En Afrique centrale, le Cameroun est le principal producteur de fruits et légumes provenant principalement de sa région de l'ouest.

Malheureusement, par manque de routes appropriées, la majorité des récoltes n’atteignent pas les zones urbaines et finissent par pourrir. Aussi, la plupart des fruits sont produits par saison et ne sont pas disponibles toute l’année. Dans certains cas, la récolte est abandonnée dans les champs lorsque les prix deviennent trop bas sur le marché, ce qui entraîne des pertes considérables. Par ailleurs, d’importantes quantités de déchets organiques méthanogènes (lisiers de porcs, fientes de poules, bourses de bœufs) sont générées dans cette région.

De plus, le problème de sécurité alimentaire est très préoccupant avec une augmentation brusque de la population du fait de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui a poussé des milliers de citoyens à migrer vers les régions voisines dont celle de l’Ouest qui abrite plus de 41 000 déplacés internes (Gouverneur-Ouest, 2019).

Afin de réduire les pertes post-récoltes, le gouvernement camerounais avait créé en 1986 la Société de Conserverie du Noun (SCAN), chargée de la transformation locale de la tomate (136 000 tonnes / an). Malheureusement, en raison d’une mauvaise gestion, ladite société a fait faillite et a fermé en 2000. Actuellement dans la région de l’Ouest, plusieurs femmes organisées en Groupements d’Initiative Commune (GIC) sont impliquées dans la transformation agro-alimentaire nonobstant le manque de moyens financiers et d’équipements appropriés (séchoir, source d’énergie fiable et de moindre coût) pour mener à bien leurs tâches.

Projet

Le présent projet se présente comme une contribution significative à l'autonomisation de ces femmes organisées en GIC, exerçant dans ce secteur d’activité.  Il vise la réduction des pertes post-agricoles à travers le séchage et la conservation des denrées facilement périssables tels les fruits et légumes. Il vise aussi la valorisation des déchets organiques par la production du biogaz utilisé pour la cuisson et le fonctionnement du séchoir d’une part; et la valorisation des fertilisants organiques issues des biodigesteurs par la fertilisation des parcelles agricoles d’autre part.

Pour atteindre ces objectifs, les activités suivantes sont envisagées :

1- Prise de contact avec les autorités locales et sélection des GICs devant être accompagnés ;

2- Construction et mise en service de trois (03) biodigesteurs au profit de 3 GICs;

3- Fabrication et mise en service de trois (03) séchoirs hybrides (gaz fossile/biogaz) au profit de 3 GICs;

4- Formation de quarante cinq (45) femmes organisées en GIC sur les techniques de séchage, de conservation et de commercialisation des fruits et légumes;

5- Formation de quarante cinq (45) femmes organisées en GIC sur la gestion et la maintenance des biodigesteurs et séchoirs, la production et l’utilisation appropriée des fertilisants organiques;

6-Suivi-évaluation des activités des GICs pour contrôler et encadrer la mise en œuvre effective des connaissances acquises et de l’utilisation efficiente des équipements.

Chronogramme des activités
  • Semaines 1 et 2: Prise de contact avec les autorités locales et sélection des GICs devant être accompagnés;
  • Semaines 3 à 10: Construction et mise en service de trois (03) biodigesteurs au profit de 3 GICs;
  • Semaines 7 à 12: Fabrication et mise en service de trois (03) séchoirs hybrides (gaz fossile/biogaz) au profit de 3 GICs;
  • Semaines 13 et 14: Formation de quarante cinq (45) femmes organisées en GIC sur les techniques de séchage, de conservation et de commercialisation des fruits et légumes;
  • Semaines 15 et 16: Formation de quarante cinq (45) femmes organisées en GIC sur la gestion et la maintenance des biodigesteurs et séchoirs, la production et l’utilisation appropriée des fertilisants organiques:
  • Semaines 17 à 22: Suivi-évaluation des activités des GICs, production des rapports, médiatisation et publications
Coût du projet

Activités            Coût (F CFA)     Coût ()    Montant requis ()   Contribution GHI ()                                       

Activité 1              200 000                 308                         0                        308

Activité 2             4 500 000            6 923                   6 923                           0

Activité 3             1 200 000            1 846                   1 846                           0

Activité 4             1 850 000             2 846                   2 846                          0

Activité 5             1 550 000             2 385                   2 385                          0

Activité 6                500 000                769                          0                       769

Total......             9 800 000           15 077                 14 000                     1077

Arrêté le montant du financement requis à la somme de quatorze mille Euros.

 

Résultats attendus

La mise en œuvre du projet conduira aux résultats suivants :

- 03 unités de séchage (biodigesteurs et séchoirs hybrides) construits et fonctionnels sont mises à la disposition de 03 GIC (15 femmes/GIC) ;

- 45 (15x3) femmes organisées en GIC sont formées sur les techniques de séchage, de conservation et de commercialisation des fruits et légumes ;

- 45 (15x3) femmes organisées en GIC sont formées sur la gestion et la maintenance des biodigesteurs et séchoirs, la production et l’utilisation appropriée des fertilisants organiques.

Ces résultats auront des impacts économiques, sociaux et environnementaux :

Sur le plan économique, l’on aura une augmentation des revenus des femmes du fait de la réduction des pertes post-récoltes et de l’augmentation des récoltes liée à l’utilisation des fertilisants.

Sur le plan social, le projet conduira à la création de 45 emplois directs (15 permanents et 30 temporaires dans les unités de séchage) et plus de 60 emplois indirects. Il contribuera au maintien de l’autosuffisance alimentaire dans la région et limitera certains conflits internes. En somme, les bassins agricoles visés par ce projet comptent plus de 2500 âmes. La disponibilité du biogaz qui sera en partie utilisé pour la cuisson réduira la corvée et le viol des femmes et jeunes filles qui sont les plus impliquées dans la recherche du bois de chauffage. La non exposition de ces dernières à la fumée améliorera leur état de santé. Aussi, l’augmentation des revenus des ménages sera d’un apport non négligeable dans la scolarisation des jeunes filles qui sont généralement reléguées au second rang.

Sur le plan environnemental, l'on aura une réduction de la déforestation liée à une baisse de la coupe du bois de chauffage. La combustion du méthane qui a un pouvoir radioactif 23 fois plus grand que celui du dioxyde de carbone et qui représente 20% des émissions des gaz à effet de serre sera une contribution significative pour la protection de la couche d’ozone. Ce projet, à travers l’utilisation des déchets organiques généralement à l’origine des pollutions de l’eau et de l’air contribuera aussi à une diminution des pollutions aquatiques et aériennes. L’épandage des fertilisants issus des biodigesteurs entrainera une augmentation de la séquestration du carbone au niveau du sol.

À l'origine du projet

Créée le 13 Mars 2013 à Bafoussam, Green Heart International (GHI) est une Association à but non lucratif basée au Cameroun. Elle œuvre pour l'amélioration des conditions de vie des populations locales à travers des actions dans les secteurs tels que l'agriculture, l'accès à l'eau potable et la mine artisanale.

Cette Association qui est animée par une équipe pluridisciplinaire dispose d’une riche expérience de six ans dans l’accompagnement des populations locales et des communes. En 2017, GHI a conduit, avec l’appui financier de Australia AID, une formation théorique et pratique des acteurs du secteur agricole de la région de l’Ouest sur les techniques de séchage des fruits et légumes. Ce projet a permis aux populations de ladite région de prendre conscience sur la nécessité de réduire les pertes post-récoltes. Cela a conduit aujourd’hui à la création de plusieurs GIC spécialisés dans la transformation agroalimentaire.

Siège social : Immeuble WAFFO Pierre, Axe Lycée de Ndiandam,                                                                         

BP : 1450 Bafoussam, Cameroun. Tél : +(237) 243 003 007 / 696 729 601/674 406 504                                         

Email : info@ghicameroon.org, Site web : www.ghicameroon.org 

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Vos contributions

Mfouapon Vessah Abdel Ladif, le Aug. 10, 2020, 3:57 p.m.

Am not financially able to help but can highly participate as a volunteer to this project in other to curb the high rate of waste encounter after harvest.
Saying this because am from a fertile locality where this waste is very important that is the Noun division in the west region of Cameroun

kepseu wandji leonel, le April 6, 2020, 12:23 p.m.

Je n'ai pas de moyens financier, mais je peux faire du bénévolat.

J'ai des compétences en procedés industriels, énergie renouvelable.

Je réside au Cameroun.

Merci

kepseu wandji leonel, le April 6, 2020, 12:23 p.m.

Je n'ai pas de moyens financier, mais je peux faire du bénévolat.

J'ai des compétences en procedés industriels, énergie renouvelable.

Je réside au Cameroun.

Merci

Informations

Pays : Cameroun
0€ engagés sur 14000€
Commencé le 10/09/2019
2500 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°2 : Sécurité alimentaire

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. La malnutrition et la faim extrêmes entravent encore le développement de nombreux pays. Un changement profond du système mondial d’alimentation et d’agriculture est nécessaire.

Plus d'informations