Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Résilience pastorale des peuls face aux changements climatiques au Nord Togo

Objectif n°13 : Lutte contre les changements climatiques

Le projet en détail

Description

Localisation

Le projet est situé dans le canton de Biankouri dans la région des Savanes au Nord du Togo. La région des Savanes s’étend entre 10° et 11° de latitude Nord et 0° et 1° de latitude Est. Cette région est caractérisée par des plaines avec une courte saison des pluies de juin en octobre et une saison sèche plus longue de novembre à mai.

Contexte

La zone du projet au Nord Togo présente une très forte démographie (240 hbts au Km2) avec une forte pression sur la terre, les ressources forestières, les forêts et les espaces de pâturage extrêmement rares. Les causes résident dans  des pratiques non respectueuses de l’environnement, la coupe abusive de bois, la non préservation de la biodiversité conduisant à des conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs. Ainsi, la transhumance avec ses coûts élevés, taxes, frais de nourriture et de santé de l’éleveur, déplacements, risques de vie, de vol de bétail, tarissements précoces des points d’abreuvement, longue durée de la saison sèche ont conduits la communauté peuhl du village de Gbanyangue canton de Biankouri (37 ménages) à initier par leurs propres efforts la mise en défend d’une zone de 10 hectares pour  la sauvegarde de leur patrimoine traditionnel. Pour assurer la durabilité de cette initiative endogène, les peuhls ont contacté SF2D-S (Solidarité Femmes pour un Développement Durable des Savanes) pour renforcer leur capacité face aux changements climatiques.

SF2D-S a accepté de soutenir ce projet entant que association féminine convaincue de la consolidation des actions de gestion de l’environnement dans l’autonomisation de la femme rurale pour laquelle elle lutte nuit et jour dans la région des Savanes au Nord du Togo

Objectifs de l’action

L’association SF2D-S  a été sollicitée par les peuhls pour initier le présent projet afin d’atteindre les objectifs suivants :

  • Institutionnaliser leur mise en défend traditionnelle déjà existante,
  • Assurer la disponibilité pérenne de l’eau et du pâturage pour les animaux,
  • Trouver des alternatives à la coupe abusive de bois dans leur village.

Partant de ces requêtes, le projet voudrait comme objectif global, renforcer la résilience pastorale de communautés peuhls éleveurs du village de Gbanyangue à travers les objectifs spécifiques suivants :

i) Régénérer la biodiversité végétale  de 10 hectares à travers une convention locale signée par tous les acteurs (chefs de village, chefs traditionnels, chefs de canton, préfet, directeur préfectorale de l’environnement, directeur préfectoral de l’agriculture, l’Union Cantonale des Producteurs de Céréales, l’Union Régionale des Producteurs de Céréales) ;

ii) Réaliser des petits aménagements  et mettre en place des alternatives à la coupe abusive de bois, freiner l’érosion, favoriser la recharge de la nappe phréatique et soutenir la régénération de la biodiversité végétale ;

iii) Mettre en place un mécanisme de suivi  durable des actions  après le projet

Description des activités

  • Elaboration et signature d’une convention locale de gestion d’une forêt communautaire de 10 ha dans le village de Gbanyangue.

Les populations peuhls du village de Gbanyangue ont initié de façon traditionnelle la mise en défend d’un pâturage communautaire de 10 ha afin d’interdire les actions destructives de l’environnement comme la coupe de bois et les feux de brousse sur le site. Les raisons qui les ont poussé à cette initiative résident dans la rareté  de l’eau et la dégradation continue du pâturage pour les animaux, la disparition des plantes médicinales autour du village, les conflits récurrents, l’exode saisonnier des jeunes, les sécheresses liées aux changements climatiques.

L’élaboration et la signature d’une convention locale autour du site vise à institutionnaliser les règles de gestion établies suite à des violations régulières. La convention locale conduira à la signature d’un document officiel incluant les actions autorisées et interdites sur le site, les modes de gestion par différents comités, les règles de gestion et leurs amendes ainsi que les modalités de gestion des ressources naturelles du site à moyen et à long terme.

La convention sera élaborée à travers des ateliers de sensibilisation suivis d’un atelier de repérage des ressources, un atelier d’élaboration des règles de gestion, un atelier de validation de la convention locale et une cérémonie de lancement officiel. Tous ces travaux se feront étroitement avec tous les acteurs concernés à savoir : le chef de village de Gbnayangue, les chefs des villages environnants, les chefs traditionnels, le chef canton de Biankouri, le préfet, le directeur préfectoral de l’environnement, le directeur préfectoral de l’agriculture, l’Union Cantonale des Producteurs de Céréales de Biankouri (UOPC) et l’Union Régionale des Producteurs de Céréales (UROPC-S).

Il faut noter que les peulhs sont sédentaires dans le village depuis plus de trois générations et vivent essentiellement de l’élevage en plus de l’agriculture qu’ils pratiquent pour contribuer à leur sécurité alimentaire.

Quelques années après le projet, la biodiversité sera assez restaurée avec l’apparition des nouvelles espèces végétales sur le site (moyen terme). Par la suite des activités génératrices de revenus telles que l’apiculture, la production de plants fourragers, des plantes médicinale voir même le tourisme pourront être entamées pour servir d’exemple pilote de régénération de la biodiversité végétale au niveau terroir dans la région des Savanes (long terme).

  • Fonçage d’un forage à motricité humaine

Après l’élaboration de la convention locale de gestion du pâturage communautaire du village de Gbanyangue, des mesures d’accompagnement sont indispensables pour faciliter l’application des règles de gestion établies dans la convention. Une telle action concerne la mise à disposition d’une source d’eau pour l’abreuvement des animaux et la production des jeunes plants pour les reboisements, de même comme eau potable pour les ménages. Ainsi, un forage à motricité humaine sera construit et géré par un comité de gestion. Par la suite, la santé des animaux pourrait être nettement améliorée, des reboisements autour des maisons, en bordure des champs et sur des sites spécifiques pourront être réalisés. Des retombés issus de ces actions pourront renforcer les capacités de réaction et de résistance des populations surtout des femmes (résilience) face aux méfaits du changement climatique dans le village.

  • Construction de 2 biodigesteurs

Après le lancement officiel de la convention locale interdisant entre autre toute coupe de bois sur le site de 10 ha, il faut trouver des alternatives à la coupe de bois. Ainsi, le projet construira deux biodigesteurs au profit des femmes des 37 ménages du village. Ces deux biodigesteurs seront alimentés par les boues de vaches issues desdits ménages. Les gaz produits serviront à la cuisson voir même comme lumière pour les bénéficiaires du projet. Les biodigesteurs diminueront nettement à court et à long terme la pression sur les ressources végétales du village en favorisant leur régénération et l’apparition des nouvelles espèces végétales. Aussi, le projet pourra dans la région servir d’exemple pilote susceptible d’être répliqué au niveau des autres communautés peuhls au sein desquelles la disponibilité de la matière première des biodigesteurs est toujours garantie.

  • Réalisation des diguettes et des cordons pierreux suivant des courbes de niveaux sur 10 ha

L’objectif de cette activité est de renforcer la conservation de l’eau et du sol du site de pâturage communautaire à travers des petits aménagements adéquats. Ainsi, le projet identifiera des courbes de niveaux sur le site et mettra en place des cordons pierreux le long desdites courbes afin de freiner l’érosion. Ces cordons pierreux en plus des petites diguettes qui seront construites au niveau des endroits présentant des dégradations très élevées, favoriseront la conservation des eaux de pluie sur le site. Tout cela favorisera la régénération des espèces végétales et renforcera la nappe phréatique du milieu.

  • Mise en place d’un mécanisme de suivi des actions même après le projet

 L’association SF2D-S (Solidarité Femmes pour un Développement Durable des Savanes) est une structure de promotion féminine convaincue par le rôle de la stabilité des écosystèmes dans l’épanouissement durable des femmes en milieu rural. Pour contribuer à cet objectif stratégique, un mécanisme de suivi sera mis en place enfin de projet en étroite collaboration avec les différents comités de gestion. A la fin du projet, SF2D-S mènera régulièrement des visites de suivi évaluation dans le village de Gbanyangue site du projet, sur la base desquelles elle soutiendra d’autres initiatives similaires dans l’avenir.

Budget total : 14 088 Euros

Activité 1 : 4 ateliers pour la convention locale : 365,88 Euros

Activité 3 : Délimitation et bornage du site de mise en défends de 10 hectares : 762,81Euros

Activité 4 : Construction de 2 biodigesteurs : 2744,11 Euros

Activité 5 : Réalisation de 1 forage à motricité humaine : 8994,59 Euros

Activité 6 : Réalisation des diguettes et des cordons pierreux sur le site : 1220,61 Euros

Résultats attendus

R1 : Une convention locale de gestion d’une forêt communautaire de 10 hectares est élaborée et mise en œuvre dans le village Gbanyangue

R1A1 : Organiser 4 ateliers (sensibilisation et repérage des ressources, élaboration des règles de gestion, de validation des règles de gestion et de lancement officiel)

R1A2 : Elaborer, valider et signer une convention locale avec les acteurs

R1A3 : Délimiter et borner un site de 10 hectares; mettre en place des comités de surveillance, de gestion et de litiges

R2 : Un forage à motricité humaine et 2 biodigesteurs sont construits pour 37 ménages

R2A1 : Réaliser 1 forage à motricité humaine et des reboisements fourragers

R2A2 : Construire 2 biodigesteurs comme alternative de source d’énergie pour la cuisson et diminuer la coupe abusive de bois

R3 : Réalisation des aménagements sur 10 ha pour favoriser la régénération de la biodiversité végétale

R3A1 : Déterminer des courbes de niveau et mettre en place des cordons pierreux pour favoriser l’infiltration de l’eau et la recharge de la nappe phréatique

R3A2 : Réaliser des diguettes, bandes enherbées et petits reboisements pour diminuer l’érosion

R4 : Un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la convention locale est mis en place et accompagnée efficacement par SF2D-S même après le projet

R4A1: Suivre et accompagner durablement la mise en œuvre de la convention locale dans le village de Gbanyangue

À l'origine du projet

Créer en 2009 et reconnue officiellement le 26 décembre 2013, SF2D-S (Solidarité Femmes pour un Développement Durable des Savanes) est une association de femmes gérée par les femmes qui vise essentiellement l’autonomisation de la femme à travers des meilleures intégrations dans le développement communautaire, sociale et la sauvegarde de l’environnement. Elle est enregistrée sous le N° 1785/MATDCL-SG-DLPAP-DOCA. Elle dispose d’un Centre Médico-Social reconnue officiellement par arrêté n°144/2016/MSPS/CAB/SG.

Sa mission est d’aider la femme et la jeune fille à surmonter les difficultés en vue de leur développement socio-économique et culture.

Contact : (00228) 70 19 82 88 / 99 08 68 14

E-mail : sf2dsavanes@yahoo.fr

Dapaong-Togo

 

Financement futur

Le financement de ce projet n'a pas encore commencé.

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Togo
0€ engagés sur 14088€
Commencé le 01/10/2019
370 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°13 : Lutte contre les changements climatiques

Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions. Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et se traduit par de nombreux changements déjà observables.

Plus d'informations