Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Conversion des femmes productrices des charbons de bois en éleveuses de poules pondeuses

Objectif n°5 : Égalité des sexes

Le projet en détail

Contexte

La population du village de Kamou (lieu du projet), qui est situé dans le District de Mindouli, département du Pool, n'a pas été épargnée par la reprise des hostilités dans le département méridional du Pool en avril 2016 jusqu’au cessez-le feu signé le 23 décembre 2017. Ce village est touché par une situation humanitaire et la population de cette localité fait face à de grandes difficultés d’accès à la nourriture et aux marchés. Dans ce département du Pool, en 2017, le taux de malnutrition avait dépassé le seuil d’urgence de 15% établi par le Système des Nations Unies pour atteindre 17% en moyenne et plus de 20% dans certaines localités comme Kamou.

Dans ce village, 100% des femmes dépendent ainsi de l’agriculture comme principal moyen de subsistance, mais, malheureusement, beaucoup de femmes dans cette localité n'ont pas la chance de la pratiquer, n’ayant notamment pas les ressources nécessaires pour louer un lopin de terre et acheter des intrants agricoles, notamment parce que, pendant la crise (la guerre du département du Pool), les populations de ce village étaient presque inactives, les uns se cachaient dans la forêt et les autres étaient réfugiés dans d’autres localités. A la fin de la crise, majoritairement, elles se sont à la place tournées vers la production de charbon de bois au lieu de l’agriculture, afin de gagner un peu des moyens financiers rapide pour vivre.

Cette recherche du gain a eu pour conséquence la rareté des produits agricoles, un taux élevé de malnutrition, une insécurité alimentaire chronique, une forte émission des gaz à effets de serre, et nous avons constaté des effets directs sur la santé des populations, surtout les femmes, notamment des maladies pulmonaires et oculaires causées par les fumées nocives des fours de charbon. Les galeries forestières très fragile de ce village sont de plus très fortement dégradées et la biodiversité très spécifique qu’elles renferment menacée de disparition, et même les arbres fruitiers comme les manguiers sont fortement touchés.

C'est dans ce contexte que nous voulons convertir ces femmes productrices de charbon de bois et le bois de chauffe en éleveur de poules pondeuses, afin de promouvoir les activités d’élevage et de commercialisation des volailles dans le Département.

Projet

Notre projet consiste ainsi à convertir ces femmes productrices des charbons de bois du village Kamou en éleveurses de poules pondeuses, afin de les autonomiser socialement et économiquement et pour qu’elles préservent les galeries forestières à écologie très fragile qui sont très fortement dégradées à cause de la production de charbon de bois.

Dans ce Département du Pool, plus de 50 % des familles sont touchées par la précarité alimentaire et la pauvreté, notamment les femmes et les enfants. Les femmes sont sélectionnées pour leur statut économique et social inférieur et l’intérêt qu'elles portent à l’aviculture villageoise. Presque toutes les familles rurales du Congo Brazzaville possèdent un petit troupeau de volaille, dont les femmes en sont les principales responsables et qui est entretenu par les femmes et les enfants. Autrefois, l’aviculture occupait une place importante parmi les activités pratiquées pas ces femmes. Elle générait un revenu complémentaire pour le ménage et assurait un apport en protéines, surtout aux enfants, mais ces cheptels ont été détruit et piller pendant la guerre.

Activités

1 – Le centre de conversion des femmes productrices de charbon de bois et le bois de chauffe en éleveur de poules pondeuse.

Le centre se composera d’une ferme avicole  des poules pondeuses en semi-liberté pour produire, les poussins et les œufs et  pour aussi sensibiliser  la communauté face aux dégâts environnementaux et sanitaire causés par l’activité de production de charbon de bois.

Pour un premier temps, le centre aura d’environ 90 bénéficiaires directes. Rien qu’en considérant les membres des familles des bénéficiaires directes 540 personnes (En considérant une moyenne de 6 personnes par  bénéficiaire),

2 –  Les formations en élevages des poules pondeuses seront organisées au sein du centre pilote (la ferme) et la vente directe de ces produits par le centre à partir des derniers mois du projet pour assurer le roulement et l’autonomisation du centre

Le centre formera au minimum 20 personnes par mois pour 5 mois. Les volets de formation sont trois: 1. Les bases de l’élevage en agroécologie; 2. Notions d'alimentation et de conduite d'élevage, tout particulièrement l'aspect sanitaire : prévention et soins; 3. Alphabétisation fonctionnelle (Eléments de gestion de la ferme ainsi qu’à la gestion d’une coopérative de commercialisation) sans oublier la sensibilisation à la préservation et l’importance des forêts.

La formation aura une durée d’un mois. Après les formations, elles seront des personnes de ressource. Leur proximité et leur travail au sein de leur groupe permettront d’améliorer la bonne pratique agricole dans l'élevage intensif de volaille. La durabilité des résultats peut être garantie sur le long terme. 

3 – Des AGR naissent autour de l’élevage de la poule pondeuse

À l’issue de la formation, les bénéficiaires auront les compétences requises pour se lancer dans l’élevage des poules pondeuses et ils pourront choisir entre plusieurs options de business, s’associer ou rester seules, etc. Cela sera possible grâce à un mécanisme d’autonomisation qui se réalisera pendant la formation. A la fin de la formation chaque participant recevra des poussins et devra s’engager à rendre au projet après neuf (9) mois suivant une quantité équivalente à celle reçue à la fin de la formation, si  son projet réussit, de façon à permettre au projet de fournir de nouveaux petits éleveurs en poussins. Nous essayerons d'avoir une rotation, qui fait que chaque bénéficiaire du projet, devra rendre à l'institution au bout de 9 mois, ce qu’il a reçu (10 poules et 1 un coq). Pour cela, il devra les remettre à une autre personne et de cette façon le projet se poursuivra. Un système d’accompagnement est aussi prévu pour la phase de lancement de la nouvelle activité pendant une période d’environ un mois, durant laquelle les néo-entrepreneurs pourront bénéficier des conseils d’un superviseur.

Les fonds demandés de 9700€ vont servir à la construction de la ferme (bâtiment des poules et clôture de la ferme), achats des 900 poules (souche pure ISA Brown) et achats des matériels (couveuse-éclosoir, produit sanitaire, moulin broyeur pour la fabrication de l’aliment des poules, abreuvoirs, mangeoires,..).

Pendant l’identification des besoins, les femmes du petit village de Kamou ont défini les difficultés, les priorités et les pistes de solution envisageables. Aussi, pendant l’élaboration de l’idée de base du projet, ces acteurs ont été impliqués dans les discussions avec le personnel de notre association,  afin de trouver une formule acceptée par tout le monde. Ensuite, il est prévu que les parties prenantes participent activement à la mise en œuvre du projet. Lors des évaluations internes, des représentants des groupes cibles seront invités à s’exprimer et à proposer des changements ou améliorations.

Calendrier

Le projet a une durée de 19 mois, dont les étapes principales seront :

Mois 1-3 : mise en place du projet (Identification du site et installation de la ferme avec une construction d’un poulailler d’une capacité de 10.000 volailles).

Mois 4-5 : Formation du personnel du projet, achat des matériels du projet et les poules

Mois  6 : lancement du centre de transformation

Mois 6-19 : début des activités phares du projet (formation et autonomisation des bénéficiaires).

Mois 19 : Atelier de "clôture officielle » du projet


Ce projet pourra contribuer aux Objectifs de Développement Durable : 1 ; 2 ; 3 ; 5 et 15.

Résultats attendus

90 femmes touchées vont développer leur confiance en soi, leur autonomie et leur capacité à innover.

  • Les capacités techniques en petit élevage sont maitrisées par les 90 bénéficiaires
  • Des facteurs de production modernes sont acquis
  • Un élevage moderne de volaille est conduit à partir de 900 pondeuses dans le village.
  • Plus de 700 œufs produits/jours à partir du 5ème mois d’élevage

Ce projet aura les effets sur les trois dimensions du développement durable :

Impact social : Notre « action de conversion des femmes productrices de charbon de bois et le bois de chauffe en éleveur de poules pondeuse» participeront à l’amélioration des conditions de vie de ces  femmes vulnérables par la création d’une nouvelle activité génératrice de revenu tout en améliorant la santé nutritionnelle de la population et surtout des enfants par l’apport alimentaire en protéines d'origine animale. Le nombre d’éleveurs de volailles va augmenter à Kamou et dans les environs. Ainsi que les intrants de l’élevage (poussins et œufs) seront disponibles à la ferme à un prix plus abordable que sur le marché.

Impact environnemental : L’initiative s’inscrit dans une démarche de lutte contre la pauvreté des femmes et aussi d’adaptation au changement climatique. A travers une gestion rationnelle des terres et un technique élevage biologique, le projet participe à la préservation de l’environnement et la galerie forestière très bénéfique pour toute la communauté et au sensibiliser les bénéficiaires face aux dégâts environnementaux et sanitaire causés par l’activité de production de charbon de bois et la coupe abusive des arbres. L'idée est d'établir un système d'élevage traditionnel amélioré, qui intègre l'élevage dans un pâturage avec l’utilisation de basses - cours, par l’utilisation de tous les sous- produits des champs et en réduisant au minimum l’achat de produits externes.

Impact économique : L’initiative a un impact positif sur l’économie locale en diversifiant les activités génératrices de revenus et en luttant contre la pauvreté des femmes. Ce projet contribuera à l'amélioration des recettes économiques des jeunes femmes dont la plupart son mère, à travers l'élevage et la commercialisation de poules et œufs. L’élevage à cycle court, notamment de volailles, représentent une source privilégiée de revenus pour les plus démunis en milieu rural et périurbain. En ce sens, il est identifié comme un élément important de la stratégie de lutte contre la pauvreté et l’amélioration de la sécurité alimentaire

Les objectifs visés par le projet de construction d’une ferme agricole dans le petit village de Kamou, à savoir la lutte contre la coupe abusive de bois dans la zone du projet, l’amélioration de l’autosuffisance alimentaire et la lutte contre la pauvreté, s’intègrent dans la plupart des programmes de développement implantés par le gouvernement congolais, dans le cadre général de sa stratégie de réduction de la pauvreté.

 

À l'origine du projet

L’Association des Jeunes Congolais dans l’Esprit d’Entreprise en sigle AJCEE. AJCEE est une association de la loi 1901, une organisation non gouvernementale à but non lucratif et à caractère socio-économique et culturel. Fondée le 21 Mars 2005, précédemment reconnu par récépissé n° 332/05/MATD/DGAT/DER/SAG du 31 août 2005, vu les changements des objectifs intervenus au sein de l’association, l’AJCEE est maintenant reconnu par récépissé.

L’AJCEE a pour objectifs/

  • Promouvoir un esprit d’entreprenariat social auprès des jeunes par la formation afin de contribuer au développement des initiatives économiques porteuses de cohésion sociale ;
  • Assurer la promotion de l’innovation et l’esprit d’entreprise dans la société civile congolaise ;
  • Contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques et culturelles par la relance des activités agropastorales en vue d’assurer un développement durable ;
  • Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations grâce à la promotion de l’assainissement et de l’hygiène.

 

Bref récapitulatif des subventions reçues par des bailleurs internationaux ces  dernières années :

  • 2016 -2017 : Caritas Italie et ONG Comunità Promozione e Sviluppo (CPS) : Subvention reçue 7.230.500 de FCFA pour un projet de développement socio- sanitaire (construction des blocs sanitaires avec lave-mains et éducation sanitaire) en milieu scolaire – Lieu du projet : Missafou – Mindouli.

 

  • 2016 : Ambassade du Canada en RDC : Subvention reçue de 9 000 000 de FCFA pour un projet de lutte contre les violences faites aux femmes et de la promotion des droits des femmes et des filles contre les pratiques traditionnelles néfastes dans le District de Mindouli et aussi une formation portant sur les techniques de transformation des fruits tropicaux et aussi dans la fabrication de beignets.

 

  • 2016 : ONG Comunità Promozione e Sviluppo (CPS) : Subvention reçue de 4.435.000 FCFA pour un projet de Valorisation des ordures domestiques et production de bio charbon.

 

  • 2015 : Eglise Valdese et l’ONG Comunità Promozione e Sviluppo (CPS) : Subvention reçue de 13 100 000 FCFA pour un projet de valorisation des ordures domestiques et production de bio-charbon.

 

Coordonnées :

Adresse : 136, rue Eugène Kakou Bacongo–Brazzaville (Marché total zone agricongo – terrain igos)

Numéro de téléphone : Tél : +242 06 671 36 56 / +242 04 405 52 71 / Courriel de la structure : ajcee@emailasso.net / B.P : 1428

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Vos contributions

L’Association des Jeunes Congolais dans l’Esprit d’Entreprise (ajcee), le March 6, 2019, 1:08 p.m.

merci d'avance d'avoir contribuer pour ce projet

Informations

Pays : Congo
7749€ engagés sur 9700€
Commencé le 15/01/2019
50 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°5 : Égalité des sexes

Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles. Autonomiser les femmes et promouvoir l’égalité des sexes tout comme mettre fin à toutes les formes de discrimination constituent des droits humains fondamentaux et sont déterminants pour accélérer le développement.

Plus d'informations