Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Sauvons la dernière réserve forestière d'Haiti

Objectif n°13 : Lutte contre les changements climatiques

Le projet en détail

Contexte

La Forêt des Pins est la plus grande réserve forestière d'Haïti. Cette forêt constitue l'un des hotspot de biodiversité de la réserve biosphère "La Selle" classée par l'UNESCO. Cette réserve forestière fait pourtant face à de sérieux problèmes. La superficie boisée de la Forêt des Pins est passée de plus de 7 600 hectares à moins de 5500 hectares (Sciacca, 2009). (documentation)

Les habitats des espèces sont dégradés, ce qui met en danger les nombreuses espèces endémiques de la forêt telle que le Genévrier d'Ekman (Juniperus gracilior var. ekmanii) qui est en danger critique d’extinction (Farjon, 2003) (documentation) et le bois Tremble (Didymopanax tremulum) qui est vulnérable. Il n'existe que 7 individus de l'espèce Juniperus dans toute la forêt des Pins, et jusqu'à présent, certaines méthodes de propagation comme le semis et le bouturage envisagés par les communautaires n'ont pas donné de bons résultats. Le Genévrier d'Ekmann et le Bois tremble sont des arbres qui peuvent arriver jusqu'à 15 mètres de hauteur, ils possèdent donc une biomasse importante, ce qui fait qu'ils jouent un rôle important dans le stockage de carbone. Leur disparition d'une part influencerait négativement la biodiversité, car ces espèces abritent plusieurs espèces de broméliacées, d'épiphytes et d'insectes et d'oiseaux, d'autre part, leur disparition engendrerait une perte pour l'humanité.

Projet

Notre projet consiste à construire deux (2) pépinières durables de 5 000 plantes endémiques au niveau de la zone centrale de la forêt des Pins. Ces pépinières seront constituées principalement de ces deux espèces recensées qui sont en danger, et seront construites avec des matériaux locaux tels que des bois et des lattes de palmiers. Un transfert de connaissances sur la technique et un appui direct au reboisement seront envisagés pour une gestion participative et durable des pépinières.

Pour réaliser ce travail, deux agronomes experts en méthodes de propagation végétale ont été mobilisés, nous avons pris contact avec plusieurs pépiniéristes qui habitent dans la forêt pour un partage de connaissances sur l'écologie des deux espèces sous étude. L'étape suivante consiste à prélever des microboutures, ou des plantules sauvageons dans leur milieu naturel (s'il y en a), pour la reproduction en pépinière. Ces pépinières seront construites et gérées de manière participative en priorisant des groupes de femmes; cela permettra un transfert de compétences, la durabilité des pépinières et des campagnes de reboisement communautaires.

Liens :

Feuilles en aiguille du Juniperus var. ekmanii

Réalisation de pépinières de Pins avec des enfants de la forêt des Pins, 2016

Vue de la Forêt des Pins d'Haiti

Résultats attendus

1) Une pépinière de 5000 plantes endémiques est mise en place

2) 2500 plantules de Didymopanax sont produites

3) 2500 plantules de Juniperus ekmanii sont produites

4) 30 personnes dont 15 femmes sont formées sur la technique de mise en place et de gestion des pépinières, et principalement à la mise en place de pépinières de plantes endémiques

5) Environ 500 personnes habitant la région immédiate à reboiser bénéficient des impacts du reboisement


Ces résultats auront des impacts considérables sur les trois (3) dimensions du développement durable.

ECONOMIQUE: De manière directe, ce projet pemettra d'augmenter le revenu à court termes de 8 personnes vivant dans la forêt dont 4 collecteurs de semences, boutures, et 4 pépiniéristes qui seront formés dans le cadre du projet. Dans le projet, il y a également le volet de transfert de connaissances aux populations locales. Cela permettra aux personnes locales formées d'accéder à un marché en développement: la commercialisation de semences. Vu le statut de conservation de la Forêt, les activités d'exploitation ne sont pas autorisées, les organismes qui veulent participer dans la gestion, doivent prioriser la restauration des écosytèmes, d'où l'importance de l'utilisation des espèces endémiques. Or, il n'est pas souvent possible d'avancer rapidement vu le faible niveau de connaissances des gens locaux. Le transfert de connaissances dans le cadre de ce projet, facilitera la mise en oeuvre d'un groupe d'experts locaux dont leurs servives seront sollicités par des organismes qui interviennent dans le domaine de la restauration des habitats.

ENVIRONNEMENTAL: La reproduction de ces deux espèces permettra la protection du patrimoine naturel et endémique de la forêt des Pins d'Haiti. L'espèce Juniperus est en elle même un habitat pour des espèces de broméliacées, d'épiphytes, de mousses et d'oiseaux, donc sa réhabilitation aura un effet positif sur l'amériolation d'une niche écologique complexe. La deuxième espèce à reproduire, le Didymopanax, est une des espèces de feuillues caractéristiques des écosytèmes humides de feuillues développés en haute altitude sur du sol calcaire en Haiti. La disparition de cette espèce au niveau local entrainerait une perturbation du systmène entier, son maintien au niveau de la chaine, constitue une grande contribution pour la préservation de la faune et la flore locale.

Sur les moyen et long termes, les impacts sur la qualité de vie à une échelle localisée seront considérables. Sur le long terme, à travers des programmes de réplications communautaires, les impacts s'étendront aux communautés en aval. Près de 70% de la zone métropolitaine d'Haiti est alimentée en eau par les résurgences issues des bassins versants de la Forêt des Pins.

SOCIAL: Les différentes phases du projet favorisent des échanges entre groupes différents, cela facilitera une forte cohésion locale, et un renforcement du tissus social local, qui est un élément crucial pour le développement et principalement au niveau de ces zones où les enjeus sont divers. Il y a également le concept de la vulnérabilité qui est au coeur de notre projet. La main-d'oeuvre technique sera selectionnée au niveau local et parmi les plus vulnérables suivant certains critères comme le niveau d'éducation, l'accès aux services de bases, le revenu et le nombre de personnes à charge, en outre 50% seront des femmes. Le transfert de connaissances, permettra d'augmenter le niveau de sensibilisation des communautaires sur la problématique du changement climatiqueet la déforestation, ainsi ils pourront constituer des réseaux viables pour lutter contre ces fléaux et de la même manière, créer des liens avec la nature. plusieurs écoliers et leaders communautaires, environ 500 seront mobilisés lors des campagnes de reboisement et en vue d'une capitalisation communautaire.

Sur le long terme, ce projet présente des opportunités pour accroitre le potentiel écotouristique de la région et pour la recherche, qui aura des retombées économiques intéressantes pour la population locale.

Chronogramme

 

 

 

Mai

Juin

Juil

Août

Sep

Oct

Nov

Déc

Janv 2021

Fév

Effet 1

Les populations locales vivant au niveau de la zone centrale de la Forêt des Pins développent des capacités pour la mise en place et gestion de pépinières de plantes endémiques

 

 

 

Résultat 1.1

5000 plantules de plantes endémiques de la forêt des Pins sont produites

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Activités

1.1.1 Rencontre avec le Directeur de la Forêt et l’OPDFM pour la précision des phases du projet et de la collaboration

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.2 Atelier de discussions avec les leaders communautaires sur le processus de mise en place des pépinières, et le processus communautaire pour leur pérennisation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.3 Sélection des communautaires pour la collecte de semences/boutures, et la mise en place des pépinières de plantes endémiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.4 Formation des 30 communautaires présélectionnés, dont 15 femmes, sur la collecte de semences/boutures, la mise en place et gestion des pépinières de plantes endémiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.5 Achat de matériels (Arrosoirs, hormones, sachets biodégradables, drum)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.6 Collection de matériaux locaux pour la mise en place des pépinières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.7 Préparation des substrats

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.8 Inventaire des arbres semenciers et collecte de semences et boutures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.9 Mise en place des pépinières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.1.10 Mobilisation de la communauté (écoliers, etc) pour l’apprentissage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapport

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Effet 2

La qualité des écosystèmes de plantes est améliorée, les populations locales et en aval bénéficient des retombées environnementales positives en termes de services écosystémiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat 2.1

2500 plantules de Juniperus ekmanii et 2500 plantules de Dydimopanax tremulum sont transplantées sur 40 hectares de superficie forestière et gérées par la Direction de la Forêt et la communauté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Activités

2.1.1 Campagne de plantation des 5000 plantules produites en pépinières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.1.2. Constitution d’un comité communautaire pour la gestion des plantules transplantées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.1.3 Capitalisation de l’expérience

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Budget

 

Lignes

Activités

 

Coût unitaire en Euros

Unité

Coût total

Commentaires

1.1.1

Rencontre avec le Directeur de la Forêt et l’OPDFM pour la précision des phases du projet et de la collaboration

-

-

-

-

-

1.1.2

Atelier de discussions avec les leaders communautaires sur le processus de mise en place des pépinières, et le processus communautaire pour leur pérennisation

Frais de collation pour 20 personnes

10

personne

200

5 représentants de l’Organisation locale OPDFM, 5 représentantes des groupes de femmes, 5 leaders communautaires, 5 représentants d’écoles

1.1.3

Sélection des communautaires pour la collecte de semences/boutures, et la mise en place des pépinières de plantes endémiques

-

-

-

-

4 collecteurs de semences, 4 pépiniéristes

1.1.4

Formation des 30 communautaires présélectionnés, dont 15 femmes, sur la collecte de semences/boutures, la mise en place et gestion des pépinières de plantes endémiques

Achat de matériels de formation, marqueurs, stylos, Pad, Flipchart

Ff

-

200

 

Collation

10

personne

200

1-2 formateurs

1.1.5

Achat de matériels (Arrosoirs, hormones, sachets biodégradables, drum)

 

 

 

800

2 arrosoirs, 1 drum pour stocker de l’eau, 6000 sachets biodégradables

1.1.6

Collection de matériaux locaux pour la mise en place des pépinières

Frais d’acquisition et de transport au niveau local

Ft

 

200

Feuilles de palmiers, poteaux…

1.1.7

Préparation des substrats

Gratification pour le transport et mélange au niveau local

Ff

 

200

Choix de personnes dans le lot des 30 formées.

Achat de compost

9

Sacs

180

20 sacs

1.1.8

Inventaire des arbres semenciers et collecte de semences et boutures

Gratification pour les collecteurs de semences/boutures

Ff 100

4 personnes

400

Gratification forfaitaire pour le travail de collection. Personnes issues du lot formé

1.1.9

Mise en place des pépinières

Gratification pour la mise en place des 2 pépinières

700

6 personnes

4200

Pour une durée de 6 mois. 3 hommes et 3 femmes issus du lot de 30 formés

1.1.10

 Mobilisation de la communauté (écoliers, etc) pour l’apprentissage

Collation pour rencontres écoliers

Ff

 

1000

5-10 écoles dans la Forêt

2.1.1

Campagne de plantation des 5000 plantules produites en pépinières

 

Ff

 

1000

 

2.1.2.

Constitution d’un comité communautaire pour la gestion des plantules transplantées

Collation

Ff

 

500

 

2.1.3

Capitalisation de l’expérience

Gratification Formateur, suivi

Ff

 

2000

Pour toute la durée du projet

TOTAL

 

11080

 

 

À l'origine du projet

L'Organisation des Enfants de la Veuve (OEFAV) existe depuis 5 ans. Elle intervient sur plusieurs axes dont l'environnement, la culture et la protection de l'enfant. L'organisation a réalisée quelques activités ponctuelles de sensibilisation dans le passé, mais compte tenu qu'on n'avait pas encore certaines compétences clés, nous n'avions pas réalisé des actions de grandes envergures. Par contre, nous avions entamé des discussions avec quelques organisations au CANADA dont l'Association Québécoise Avenir d'Enfants qui nous a proposé, en Juillet 2019, une formation sur leur approche ECOSYSTEMIE. 

Pour ce projet de sauvetage d'espèces en danger de disparition, outre la compétence d'un de nos membres en Ressources naturelles et Biodiversité, diplômé en Belgique, nous sommes appuyés par une grande organisation paysanne au niveau de la Forêt: Òrganisation des Paysans pour le Développement de La Forêt des pins, Mare-Rouge (OPDFM), qui a une très grande expérience en termes de travail de reforestation et de compensation pour services écosystémique... C'est également une stratégie pour l'atteinte des effets recherchés par notre projet. Le représentant de l'OPDFM, Mr Elie DESMARATES, qui est d'ailleurs le directeur du Parc National peut être contacté au: +509 37430757 / elie.desmarattes@gmail.com . Le coordonnateur local de l'OPDFM est Mr. Oralus LOUIS.

Informations de contact de l'OEFAV: 

Vice-président +509 32010027

Mail: oefav22@gmail.com

Financement futur

Le financement de ce projet n'a pas encore commencé.

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Haïti
0€ engagés sur 10000€
Commencé le 13/05/2020
530 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°13 : Lutte contre les changements climatiques

Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions. Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et se traduit par de nombreux changements déjà observables.

Plus d'informations