Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Valorisation énergétique des déchets biodégradables de l’abattoir de Dakoro

Objectif n°7 : Énergie

Le projet en détail

Il est abattu, par jour, à l’abattoir de Dakoro environ 2 gros ruminants et 23 petits ruminants qui génèrent en moyenne 66 kg de vide panse et une importante quantité de sang. Cet amas de déchets souille l’environnement immédiat de l’abattoir pouvant provoquer un véritable problème de santé communautaire. Parmi les effets indésirables l’on peut citer la décomposition du sang qui rend l’air malodorant, les eaux de ruissèlement qui charrient le sang et le vide panse pour les répandre dans deux mares semi-permanentes (Maiboujé et tapkin Dan Ganga). Le risque sanitaire repose sur la contamination des eaux des mares utilisées pour les cultures maraichères et la consommation humaine. L’usage de l’eau de mare révèle des cas d’intoxications alimentaires.

Il est donc impératif que l’on songe à mettre en place une stratégie de prise en charge des déchets de l’abattoir notamment par leur transformation en énergie verte. Cela suppose la construction d’une unité de méthanisation (production bio-gaz et compost).

Projet

Les substances organiques habituellement classées parmi les déchets feront l’objet d’une fermentation méthanique. les contenus de panse seront traités dans un digesteur discontinu qui accepte aussi les ordures ménagères que l’on collectera chez les populations riveraines de l’abattoir.

Le biogaz sera utilisé pour produire un réseau de chaleur afin de satisfaire les besoins de l’abattoir pour le chauffage de l’eau, la préparation des animaux et le séchage des peaux. Cette action aura une conséquence positive relativement à la réduction de l’émission de gaz à effet de serre car elle permettra de supprimer le recours au bois de chauffe pour la préparation des animaux abattus.

De plus il sera produit du bio-fertilisant que l’on mettra à la disposition d’un groupement féminin de production maraichère afin d’optimiser leurs rendements et faire de la lutte contre l’insécurité alimentaire une réalité palpable.

Résultats attendus

 Un réseau de chaleur est installé à l'abattoir de Dakoro pour l’hygiénisation et le séchage grâce à l’énergie verte ;

 deux (2) mares celles de Maibougé et Tapkin dan Ganga sont protégées contre la pollution ;

 cent une (101) personnes dont 81 femmes et 20 hommes sont appuyées à travers la fourniture du bio-fertilisant

 Un système communautaire de gestion des infrastructures et de protection de l’environnement est mis en place puis les capacités des acteurs sont renforcées.

 Un système communautaire de gestion des infrastructures et de protection de l’environnement est mis en place puis les capacités des acteurs sont renforcées.

 Vingt (26) relais communautaires sont identifiés et leurs capacités sont renforcées.

 Les populations des 13 quartiers sont sensibilisées sur la protection de l’environnement

pour atteindre ces résultatats les activités suivantes seront conduites:

  • Activité1 : produire de l’eau chaude et de la chaleur.

L’installation d’une chaudière permettra de disposer de l’eau chaude et d’un réseau de chaleur pour les besoins de l’abattoir : lavage des outils de travail, nettoyage de l’abattoir, préparation des bêtes abattues, séchage des peaux.

Pour exécuter cette activité il faudra impérativement installer l’unité de méthanisation composée du digesteur pour produire le biogaz.

  • Activité2 : appuyer les producteurs maraichers en digestat composté.

Le digestat issu de la méthanisation a une excellente qualité agronomique. Les éléments fertilisants sont sous forme minérale plus facilement assimilable par les plantes, ce qui améliorera les rendements des producteurs maraichers renforçant ainsi leurs capacités à lutter contre l’insécurité alimentaire. Le digestat présente aussi l’avantage d’être à 98% moins odorant que la matière brute méthanisée. De plus, les germes pathogènes sont réduits ainsi que les graines adventices pour mieux préserver la santé des agriculteurs.

  • Activité 3 : mobilisation communautaire/mise en place et renforcement des capacités des relais communautaires

Des relais communautaires seront identifiés sur la base des critères préalablement établis.

Ils contribueront, à travers une sensibilisation de proximité, à appuyer le processus de la protection de l’environnement. Les actions des RC s’inscrivent dans le cadre d’une approche purement participative.

  • Activité4 : mettre en place et renforcer des capacités du comité de gestion de l’unité de méthanisation (COGUM).

Les autorités administratives et coutumières seront impliquées dans le cadre de la conduite de cette activité. Le COGUM, lui, sera composé de deux (2) représentants des bouchers qui sont les premiers utilisateurs de l’abattoir, d’un (1) représentant des producteurs maraichers qui, eux, bénéficieront d’une eau saine à travers la protection des mares et du bio fertilisant pour de meilleurs rendements et de deux techniciens chargés de la maintenance de l’unité de méthanisation.  

  • Activité5 : Organiser une caravane de sensibilisation sur la réduction de l’émission du GES à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

Les relais communautaires appuyés par un technicien de l’ONG sillonneront les quartiers de Dakoro  pour sensibiliser les populations sur la protection de l’environnement, singulièrement les comportements à adopter d'hygiène et assainissement. Les communautés seront suffisamment édifier sur les risques liés à la dégradation de l’environnement en général et de la couche d’ozone en particulier.

  •  
  • Activité 6 : Suivre et évaluer les activités du projet

Pour assurer une exécution satisfaisante du projet, l’ONG mobilisera ses cadres qualifiés pour l’encadrement rapproché et le suivi/évaluation des activités. Un dispositif de suivi post projet sera mis en place et effectuera des missions trimestrielles afin de s’assurer du bon fonctionnement du comité local de gestion. Il sera institué un système de rapportage qui consistera pour le comité local de gestion de transmettre des rapports mensuels à l’ONG et à la commune.

À l'origine du projet

SAHEL INITIATIVES, ONG créée en 2012 reconnue par arrêté no 831/MISPD/AR/DGAPJ/DLP; elle est à but non lucratif, - siège social Maradi

- objectif général : promotion d’un bien être social durable

Les cadres de l’ONG Sahel Initiatives sont des agents rompus à la tâche notamment dans le domaine de l’animation et de la sensibilisation des communautés villageoises pour la promotion et l’appropriation des bonnes pratiques en matière d’hygiène et d’assainissement, de la santé, de l'éducation, de la protection de l'environnement et de la sécurité alimentaire. Ces cadres ont accumulé des grandes expériences de la vie associative et des différentes approches participatives étant donné qu’ils ont eu l’opportunité d’exercer différents types d’activités au sein des structures étatiques et indépendantes aussi diverses que variées.

Dans le cadre des ses activités Sahel Initiatives à réaliser les opérations suivantes :

  • Actualisation du PDC de la commune rurale de Chadakori (Maradi-Niger) financée par le PASADEM

L’objectif principal assigné à la prestation est d’appuyer la commune de Chadakori à actualiser son PDC  conformément au guide national d’élaboration des PDC et en tenant compte des priorités actuelles de développement de la commune notamment de la stratégie d’intervention du PASADEM (le partenaire).

La prestation vise à :

  • Elaborer un document de diagnostic de la commune ;
  • Elaborer le PDC de la commune sur la base des priorités actuelles de la commune ;
  • Renforcer les capacités de la commune en matière de diagnostic et de la planification des actions de développement ;
  • Renforcer les capacités des acteurs en matière de prise en compte du genre ; des droits humains, de la gestion durable des ressources naturelles, du changement climatique dans le cadre de la planification des actions de développement

 

  • Plantation d’ombrage sur les deux cotés du tronçon Madarounfa à Gourbin Baouré. Les taches du prestataire dans le cadre de ce projet sont :
  • organiser des missions d’information, de sensibilisation des populations,
  • produire des plants forestiers destinés à la plantation (nom du plant : Neem),
  • suivre et superviser les opérations de plantation, de protection des plants plantés,
  • diriger et organiser les travailleurs

Aider ce projet

L’initiative « Objectif 2030 » vise à créer des communautés de solutions autour de projets concrets en matière de développement durable. Elle fournit notamment une plateforme participative de financement et d’appui technique.

Vous pouvez contribuer au projet en utilisant le formulaire suivant. Il s’agit d’une promesse de don qui vous engage à verser le montant prévu pour mener à bien ce projet à l’issu de la campagne de financement.


(facultatif)

(en euros)

Contribuer autrement

Il vous est également possible de contribuer à ce projet en participant à sa communauté virtuelle. Bénévolat, partage d’informations ou de bonnes pratiques, retour sur expérience … sont tant de possibilités qui s’ouvrent à vous grâce au forum d’échange associé à ce projet.


(facultatif)

Informations

Pays : Niger
0€ engagés sur 10000€
Commencé le 15/02/2020
250 bénéficiaires

À propos de cet objectif

Objectif n°7 : Énergie

Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable. Au cœur de beaucoup de défis majeurs, l’énergie offre également de prometteuses perspectives. Elle est une opportunité de transformer aussi bien nos sociétés que nos économies et notre planète.

Plus d'informations