Ce site internet requiert l'utilisation de cookies. Vous pouvez consulter notre politique concernant les cookies sur cette page.

Seynabou Diouf

Seynabou Diouf est chargée de cours d’économie de l’environnement et des ressources naturelles à l’Institut des Sciences de l’Environnement (ISE) et à l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture (IUPA) de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (Sénégal). Elle a soutenu en 2002 son mémoire de DEA sur le thème « Évaluation socioéconomique de ressources naturelles végétales. Cas de Cordyla Pinata (Dimb) à Karang Poste et Detarium Senegalense (Ditakh) à Bétenty ». Depuis, elle a poursuivi ses recherches dans le domaine de l’évaluation économique des biens et services écosystémiques et s’intéresse particulièrement aux réformes fiscales vertes. Depuis 2015, elle mène aussi des recherches dans le domaine de l’économie verte au sein de l’Unité de Recherches et de Développement des compétences en économie verte inclusive (URDECEVI) de l’ISE. Elle est membre du réseau de formateurs en économie verte mis en place par l’UNITAR et participe à l’animation de la Plateforme nationale multi-acteurs sur l’économie verte (PNEV) en collaboration avec le Partenariat pour l’action en faveur d’une économie verte (PAGE). Dans ce cadre, elle a conduit plusieurs études sur les compétences et emplois verts dans l’optique de l’élaboration d’un répertoire opérationnel des métiers et emplois verts.

Seynabou Diouf est également active dans le domaine de la consultance et dans ce cadre, elle a conduit l’élaboration de plusieurs documents de planification aussi bien au niveau local (plans locaux de développement, plans de gestion des ressources naturelles) que national (en matière de réduction de la pauvreté, de développement économique et social, de développement de la statistique, etc.). Entre 2015 et 2018, elle a coordonné un groupe de plaidoyer sur le « rôle des autorités locales face aux défis climatiques », mis en place dans le cadre du partenariat entre l’Association Internationale des Maires francophones (AIMF) et l’Union européenne couvrant le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Burkina Faso.

 

Retour à la page des formations